POLITIQUE
23/01/2018 19:31 EST | Actualisé 23/01/2018 19:31 EST

Jeff Fillion met Régis Labeaume en garde

Fillion déplore les propos de Labeaume à son sujet.

Reuters Photographer / Reuters

Mardi, Jeff Fillion n'a pas compris pourquoi son nom était dans un article de La Presse datant de la journée même. Le journaliste Gabriel Béland a écrit: «À Québec, il y a moins de gestes haineux per capita qu'ailleurs au pays. Le problème, c'est qu'on a un environnement sonore qui est un prisme déformant. La preuve, j'ai été réélu aux élections», a déclaré le maire, faisant référence à ces animateurs qui ont fait campagne contre lui, notamment Jeff Fillion».

Jeff Fillion étant le plus connu des animateurs de «radio poubelle» de Québec, son nom ressort dans l'article.

«Je me pose la question, pourquoi mon nom est là?», se demande-t-il. Fillion pense que son nom aurait été glissé au maire par quelqu'un de son entourage.

Jeff Fillion a pris à coeur la mention dans l'article de Gabriel Béland. «Je vais communiquer avec ce gars-là... Je vais communiquer avec le journaliste», annonce-t-il.

Les références des radios de la ville et en particulier, de son nom n'ont pas plu à Fillion. «Moi, je challenge le maire Labeaume, pour le reste, pas ben ben. L'année passée, c'est arrivé et j'ai failli poursuivre du monde, mais cette année, s'il y a une autre tentative de relier mon nom et de passer un message, je vais en passer un aujourd'hui. Régis Labeaume (et son entourage) utilise encore mon nom, parce qu'il veut m'éliminer parce qu'il trouve que je fais opposition à son régime... Si jamais il essaie de faire le lien encore entre Jeff Fillion et un mouvement anti musulman quelconque dans la ville de Québec qui aurait pu provoquer une histoire à la mosquée de Québec, alors que c'est un sujet que je ne touche jamais, il est avertit, il y aura des papiers d'avocats qui vont arriver, je ne le tolère pas», explique-t-il d'un ton autoritaire.

Fillion se garde de son droit de mettre au défi Labeaume sur des sujets comme le système de transport ou les taxes. «Il est mieux de se redresser les oreilles. Il est mieux de se tenir comme du monde», menace-t-il.

Si Fillion met les choses au clair, il ne s'attire pas de compliments...