NOUVELLES
23/01/2018 16:47 EST | Actualisé 23/01/2018 16:55 EST

Ce mot-clé qui dénonce des situations aberrantes à l'hôpital

#BalanceTonHosto

Locaux délabrés, gestion et organisation discutables, architecture mal pensée, manque de moyens financiers et humains... Tous ces dysfonctionnements bien connus des hôpitaux font désormais l'objet d'un mot-clé sur Twitter: #BalanceTonHosto.

Lancé le 12 janvier, il sert de défouloir en ligne à grande échelle. Aides-soignants, infirmiers et médecins y vident leur sac en partageant des anecdotes pour la plupart absurdes.

C'est un médecin, également animateur d'une chaîne Youtube de vulgarisation médicale, qui est à l'origine de l'initiative. "J'ai dû tomber sur un truc absurde au travail, et, au lieu de rager dans mon coin, je me suis dit que j'allais en faire profiter Twitter, sur le ton de l'humour", raconte-t-il à France Info.

Depuis, le fil a trouvé son public et ses contributeurs puisque des centaines d'histoires ont été postées.

Souvent sur le ton de la provocation, le personnel hospitalier s'amuse des situations vécues les plus grotesques pour mieux les épingler.

Ici, on ironise sur l'état plutôt douteux des locaux:

Là, on raconte comment un chirurgien venu opérer en urgence s'est vu refuser l'entrée dans l'hôpital parce qu'il n'avait pas réglé le parking, ou encore, que les couloirs trop étroits ne laissent pas la possibilité à deux brancards de se croiser:

On pointe également du doigt la "course à la rentabilité" et le manque de temps. Cet internaute raconte ainsi comment la "performance" de sa collègue a été saluée:

Enfin, ici, on illustre le manque de logique de la façon dont est construit l'hôpital:

Les hôpitaux à bout

#BalanceTonHosto c'est aussi l'occasion d'aborder des sujets encore plus graves, comme la fin de vie ou le suicide de collègues à bout...

Tout en servant d'exutoire au personnel, l'objectif est d'alerter sur la situation des hôpitaux publics en France, qui est loin d'être rose. Le CHU de Grenoble, notamment, est dans la tourmente depuis le suicide d'un jeune neurochirurgien en novembre dernier dans l'enceinte de l'hôpital. Après la médiatisation du mal-être du personnel de ce centre hospitalier, la direction avait été clouée au pilori pour sa gestion déshumanisée dans un rapport du ministère de la Santé ce début janvier.

Dans une tribune publiée par Libération le 15 janvier, 1000 médecins ont tiré la sonnette d'alarme sur la crise que connait l'hôpital. Ils regrettent la "nouvelle cure de rigueur budgétaire de 1,6 milliard" imposée aux hôpitaux et dénoncent un "toujours plus avec toujours moins", qui consiste à augmenter sans cesse l'activité tout en réduisant le nombre d'employés et de moyens.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

VOIR AUSSI: