DIVERTISSEMENT
22/01/2018 05:45 EST | Actualisé 22/01/2018 10:40 EST

Stéphane Rousseau dévoile le titre de son talk-show et se vide le cœur sur Juste pour rire

C’est finalement un nom tout simple qui a été retenu!

Ça va être meilleur demain, Le Stéphane Rou-Show, Stéphane encore chaud, Amanché pour veiller tard... Ce sont tous là des titres qui ont été considérés pour le nouveau talk-show que Stéphane Rousseau animera à V à compter du 5 mars prochain.

Mais c'est finalement le tout simple nom de Le show de Rousseau qui a été retenu pour l'émission qui remplacera En mode Salvail.

C'est ce que Stéphane Rousseau a révélé dimanche à Tout le monde en parle, où il était le premier invité de la soirée. Sur place pour jaser spécifiquement de ce nouveau projet qui l'occupera bientôt quotidiennement, l'humoriste a même été présenté par Guy A. Lepage comme «le nouveau roi de V».

«Vous y allez fort, un peu! Donnez-moi le temps de rentrer dans cette affaire-là», a répliqué Rousseau en prenant place à la table.

Stéphane Rousseau affirme être un grand amateur de talk-shows à l'américaine, et souhaite insuffler ce genre d'atmosphère à son propre rendez-vous télévisé. Parmi ses influences, il cite des légendes à la Johnny Carson ou David Letterman. Il dit «tripper» Jimmy Fallon, Ellen (DeGeneres, NDLR), Conan O'Brien. «Tous ceux qui riment en «en», je les aime», a-t-il blagué.

L'artiste a reçu avant les Fêtes un appel de la maison de production Fair-Play, avec qui il avait travaillé sur Sur invitation seulement, en 2014 et 2015. On lui proposait alors de prendre les rênes d'un nouveau concept à V, et le «timing» n'aurait pu être meilleur, puisque Rousseau achevait une année sabbatique et n'avait aucun projet concret devant lui. Il réfléchissait à la forme qu'allaient prendre ses prochaines idées professionnelles, alors la proposition tombait à point.

«C'était dans mon bucket list, mais je ne pensais pas que ça arriverait là», a-t-il précisé à propos de son rêve de talk-show.

Badinant que l'appellation En mode Salvail avec Rousseau avait également été soulevée pour définir sa nouvelle tribune, Stéphane Rousseau a souligné le boulot accompli par son prédécesseur, Éric Salvail, dans la case-horaire qu'il occupera sous peu, soutenant que ce dernier avait été capable de créer une habitude d'écoute à 22h. Or, il faudra oublier En mode Salvail lorsqu'on syntonisera Le show de Rousseau, a-t-il insisté.

«On monte un show autour de moi, avec mon humour, ma personnalité. On veut juste que ça me ressemble, que ça soit ma personnalité qui ressorte là-dedans, que ça soit le fun».

«Choqué, triste, déboussolé»

Celui qui a passé la dernière année à dessiner et à peindre (il publie ses créations sur son compte Instagram) a créé une petite commotion lorsqu'ont éclaté publiquement les allégations d'inconduite sexuelle de Gilbert Rozon, en octobre dernier, en réalisant un portrait de la mascotte de Juste pour rire, Victor, en grossissant le personnage à la façon d'un Hulk aux extrémités en forme de piments rouges brûlants. Une façon de donner son opinion silencieusement.

On a montré l'œuvre à Tout le monde en parle, dimanche, ce qui a donné l'occasion à Stéphane Rousseau de se vider le cœur sur le sujet du scandale impliquant Rozon.

«Je dessine tous les matins, en me levant, avec ma tasse de café, a raconté Rousseau. C'est mon petit dada. Ça faisait une semaine, ou plus, qu'on voyait des articles, à répétition, sur Juste pour rire. Moi je terminais une tournée avec eux, j'ai travaillé, huit ans, dix ans avec eux, c'était mes producteurs. J'étais vraiment choqué, triste, déboussolé, par tous ces événements-là. J'ai fait ce dessin-là et je l'ai posté ce matin-là.»

«Mais ça me faisait du mal. Parce que, moi là, le petit bonhomme Juste pour rire, la fierté que j'avais de le porter sur mon t-shirt quand j'étais gamin, je me souviens, j'étais content de faire partie de cette famille-là. C'était un sceau, une approbation extraordinaire. Il venait nous fucker cette patente-là, avec cette nouvelle-là... Ça m'a franchement blessé. Et ça me faisait de la peine, parce qu'évidemment que j'ai des chums chez Juste pour rire, qui sont toujours là. Je trouvais ça bien triste pour ces gens-là, qui travaillent fort. Il y en a là-dedans qui m'ont épaulé, qui m'ont aidé tout au long de mes tournées. Les retrouver dans ce merdier-là, dans cette situation épouvantable... », a terminé Stéphane Rousseau, mentionnant au passage que son petit garçon de 9 ans, Axel, n'a pas vu le dessin en question, même si l'enfant est toujours intrigué et intéressé par le logo de Juste pour rire.

Stéphane Rousseau aurait voulu exposer bientôt ses toiles, mais la mise à feu de son talk-show, à V, repoussera un peu cette ambition. Il dit toutefois avoir hâte de franchir cette étape.

«Je vais être extrêmement nerveux, je pense. C'est comme si on se mettait vraiment à nu», a-t-il avoué, relativement à la portion d'arts visuels de son parcours.