NOUVELLES
22/01/2018 10:15 EST | Actualisé 22/01/2018 10:16 EST

On a appelé la Maison-Blanche et son répondeur résume le débat sur le «shutdown» vu par Trump

En résumé: c'est la faute aux démocrates.

Le "shutdown", qui paralyse les Etats-Unis depuis le 20 janvier dernier, a quelques conséquences inattendues. Le répondeur de la Maison-Blanche a été en effet actualisé, et démontre bien la querelle qui oppose démocrates et républicains sur ce débat.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de l'article, si vous cherchez à joindre la Maison-Blanche, cela vous sera difficile: "Malheureusement, nous ne pouvons répondre à vos appels aujourd'hui, car les démocrates du Congrès empêchent le financement du gouvernement, dont le financement de nos troupes et autres priorités de sécurité nationale", est-il entre autres expliqué.

Cependant, vous pouvez toujours "laisser votre commentaire", via le formulaire de contact disponible sur le site officiel de la Maison-Blanche.

Ce lundi 22 janvier, des centaines de milliers d'employés sont restés à la maison, démocrates et républicains s'étant montrés incapables durant le week-end d'adopter un compromis budgétaire permettant de financer l'Etat fédéral.

La question de l'immigration divise les deux camps

La question centrale reste, en outre, celle de l'immigration. Les démocrates, minoritaires dans les deux chambres mais indispensables à la majorité républicaine pour adopter un budget même temporaire, veulent des engagements sur le sort de centaines de milliers de clandestins arrivés jeunes aux Etats-Unis, les "Dreamers".

Les calculs politiques ne sont pas absents des postures en apparence inflexibles des deux partis, chacun espérant tirer avantage de la situation lors des élections législatives de mi-mandat, en novembre, en rejetant la faute du blocage sur l'autre.

Un compromis évoqué par les républicains consisterait à voter un budget temporaire jusqu'au 8 février en s'engageant à aborder la question de l'immigration dans les plus brefs délais.

Donald Trump a tweeté ce lundi matin, accusant l'"extrême gauche" du parti démocrate, qui selon lui "préfère renoncer aux services et à la sécurité des citoyens au profit des services et de la sécurité aux non-citoyens", comme il est également stipulé sur le répondeur officiel de la Maison-Blanche (voir vidéo).

Dès l'entrée en vigueur du "shutdown", l'administration Trump avait affirmé qu'il ne serait pas question de négocier sur l'immigration tant qu'un budget temporaire n'aurait pas été voté.

Le chef de file des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, s'est moqué de ses adversaires dimanche, leur rappelant que c'est la première fois qu'un "shutdown" intervient alors que la Maison-Blanche, la Chambre des représentants et le Sénat sont aux mains d'un même parti. "Il n'arrivent même pas à se mettre d'accord avec leur président", a-t-il lancé, dénonçant un "Trump shutdown" qui aurait pu selon lui être évité si le président n'avait pas changé d'avis au milieu du gué.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.