POLITIQUE
22/01/2018 20:21 EST | Actualisé 22/01/2018 20:23 EST

Couillard veut toujours vendre du porc dans la province de Shandong

Les producteurs de porc du Québec exportent déjà pour plus de 150 millions $ en Chine.

LA PRESSE CANADIENNE

Aucun impair n'a été commis au sujet de la vente de porc québécois en Chine lors de la dernière mission d'envergure du gouvernement dans ce pays, assure le premier ministre Philippe Couillard.

Le chef du gouvernement québécois est revenu sur l'incident fâcheux de 2014, alors que le puissant gouverneur de la province du Shandong, Guo Shuqing, lui faisait comprendre publiquement qu'il n'était pas intéressé par le porc québécois.

Au cours de l'entretien ouvert aux médias, le premier ministre lui avait demandé notamment «un accès plus fluide des marchandises au port, de façon à ce que le porc parvienne aux consommateurs dans les délais les plus rapides possible».

Le gouverneur Shuqing avait répliqué que la Chine est un producteur de porc important et que les principales régions de la province du Shandong fournissent assez de porc. «Le porc est plus ou moins assez pour nous», avait-il fait savoir par la voix de son traducteur.

Lundi, de passage à Pékin où il entreprend une deuxième mission commerciale, M. Couillard a insisté pour dire qu'il ne s'était pas trompé, suggérant même que la bourde avait plutôt été commise par le gouverneur.

«En 2014, on avait jasé du porc, souvenez-vous. Le porc, tout ce temps-là qu'on jasait de ça, il augmentait et il a continué d'augmenter par la suite, a d'abord déclaré M. Couillard en mêlée de presse.

«C'est assez particulier comme événement ça, parce qu'il avait besoin de beaucoup de porc pis pendant qu'il disait ça, il importait plein de porc québécois et pis il a continué de rentrer le porc québécois pis il continue maintenant, a-t-il ajouté. C'est le porc, le porc, le porc.»

Le gouverneur avait indiqué en 2014 qu'il était beaucoup plus intéressé par l'importation de boeuf et d'agneau, un message que le premier ministre avait promis de relayer aux producteurs québécois.

Cependant, «il ne s'est pas passé grand-chose, a poursuivi M. Couillard, lundi. C'est le porc qu'ils veulent surtout.»

Les producteurs de porc du Québec exportent déjà pour plus de 150 millions $ en Chine, sur des ventes totales de 1,5 milliard $ à l'étranger. On envoie principalement des os, des pattes et des têtes en Chine, mais aussi de plus en plus de parties plus nobles, comme les filets, les fesses et les longes.

Le Shandong est un partenaire du Québec depuis 2002-2003. Les deux provinces sont fondatrices du groupe des Régions partenaires. La province compte 97 millions d'habitants. C'est la troisième province la plus riche de Chine, avec un PIB de 947 milliards.

À compter de mardi, M. Couillard poursuivra sa mission à Hangzhou et Shanghai, pour quatre jours. Au total une délégation de 200 personnes participe aux activités, qui ont pour but de faire connaître le talent québécois dans plusieurs secteurs, tels que les sports d'hiver, la culture et le divertissement.

VOIR AUSSI: