POLITIQUE
22/01/2018 17:38 EST | Actualisé 22/01/2018 17:38 EST

4 M$ en allocations de départ pour les élus défaits en novembre

Ces allocations de départ sont déterminées par la Loi sur le traitement des élus municipaux.

Olivier Robichaud

La Ville de Montréal paiera presque 4 M$ aux élus qui ont décidé de ne pas se représenter ou qui ont été défaits lors des élections municipales du 5 novembre. Cette somme comprend 150 514,36 pour Pierre Gagnier, qui a pris sa retraite.

Ces allocations de départ sont déterminées par la Loi sur le traitement des élus municipaux. Elles permettent aux élus défaits d'assurer la transition vers un futur emploi, puisqu'ils n'ont pas accès au programme fédéral d'assurance-emploi.

Dans un document diffusé par la Ville lundi, on apprend notamment que l'ex-maire Denis Coderre recevra 193 873,95$. Son ancienne responsable de la sécurité publique, Anie Samson, recevra la plus importante somme, soit 284 714,25$.

L'allocation de départ est calculée selon le salaire reçu et les années de service. Mme Samson siège continuellement à l'hôtel de ville depuis 1994.

Certains élus la recevront toutefois alors qu'ils ont pris la décision personnelle de ne pas solliciter un nouveau mandat. Pierre Gagnier, âgé de 82 ans, recevra ainsi son allocation après avoir annoncé sa retraite. Il a donc également accès aux sommes prévues dans le régime de retraite des élus.

L'ex-président du comité exécutif Pierre Desrochers, qui a aussi décidé d'abandonner la politique active pour se concentrer sur ses entreprises, recevra quant à lui 174 128,93$.

Au total, 41 anciens élus recevront une allocation de départ. La moitié d'entre eux sont des candidats d'Équipe Denis Coderre battus aux dernières élections.

VOIR AUSSI: