NOUVELLES
21/01/2018 11:09 EST | Actualisé 21/01/2018 11:09 EST

Pence accuse le Congrès de politique partisane au détriment des militaires

«Ce que nous devrions faire est de négocier», a-t-il fait valoir.

PA Archive/PA Images

Le vice-président Mike Pence, se prononçant depuis le Proche-Orient sur la paralysie partielle du gouvernement des États-Unis, a accusé le Congrès de faire de la politique partisane au détriment de la rémunération des militaires.

M. Pence a aussi déclaré aux soldats américains basés près de la frontière avec la Syrie que l'administration Trump réclamerait que les législateurs s'entendent sur le budget pour permettre la reprise des activités d'agences fédérales.

Le vice-président a dit à l'endroit des soldats qu'ils méritaient leur salaire et leurs avantages, et que les membres des forces armées et leurs familles «ne devraient pas avoir à s'inquiéter d'être payés».

M. Pence a soutenu que malgré un appui bipartisan pour un projet de loi budgétaire, «une minorité au Sénat a décidé de faire de la politique partisane avec les salaires des militaires».

Il a tenu ces propos alors que démocrates et républicains au Congrès montraient en fin de semaine peu d'indices de possibles avancées dans les négociations pour mettre fin à la paralysie du gouvernement au coeur de différends sur l'immigration et le programme de dépenses.

Le sénateur du Vermont Bernie Sanders a appelé les républicains à «s'asseoir et à discuter» avec les démocrates sur l'immigration. L'ancien candidat à l'investiture démocrate à la présidence a rappelé dimanche à l'émission «State of the Union» de CNN que la réalité est qu'il est nécessaire d'obtenir 60 votes au Sénat pour mettre fin à la paralysie.

«Ce que nous devrions faire est de négocier», a-t-il fait valoir.

M. Sanders a insisté sur le fait que le projet de loi de financement du gouvernement devait offrir un statut reconnu pour les quelque 700 000 jeunes immigrants arrivés de façon irrégulière aux États-Unis alors qu'ils étaient enfants.

À voir aussi: