NOUVELLES
19/01/2018 20:28 EST | Actualisé 19/01/2018 20:31 EST

Paralysie du gouvernement: Le Sénat se prononcera vendredi en fin de soirée

Les démocrates sont toutefois déjà prêts à bloquer la proposition des républicains.

Le Sénat a prévu un vote en fin de soirée, vendredi, pour éviter une éventuelle paralysie du gouvernement. Les démocrates sont toutefois déjà prêts à bloquer la proposition des républicains.

Si le Congrès n'approuve pas une quelconque loi pour fournir des crédits, les agences gouvernementales fermeront leurs portes à minuit. Le vote du Sénat est prévu à 22 h.

L'impact sur la population devrait s'avérer modeste, mais cette paralysie pourrait attiser les tensions entre les partis sur l'immigration et le budget.

La Chambre des représentants a approuvé un projet de loi jeudi, pour garder les agences ouvertes jusqu'au 16 février.

Les démocrates au Sénat, dirigés par le chef de la minorité Chuck Schumer, s'opposent à cette mesure.

Les républicains contrôlent le Sénat, dans une marge de 51 contre 49, mais ils ont besoin de 60 votes pour adopter cette proposition. Une bonne majorité de démocrates semblent déjà prêts à voter contre.

Depuis la fin de l'année budgétaire en septembre, le gouvernement fonctionne avec des mesures budgétaires temporaires. La dernière qui a été adoptée doit expirer à minuit, samedi.

La Chambre a adopté un projet de loi qui prolonge le financement pour les programmes d'assurance-maladie pour les enfants. Mais les démocrates souhaitent que d'autres fonds soient garantis en lien avec une entente sur l'immigration qui protège de la déportation des milliers de jeunes immigrants.

Plus tôt dans la journée, le président Donald Trump semblait optimiste.

«Rencontre préliminaire excellente dans le bureau ovale avec le sénateur Schumer pour trouver des solutions sur la sécurité et sur notre grande armée avec le sénateur McConnell (le leader de la majorité au Sénat», a-t-il écrit en après-midi sur Twitter.

«Nous faisons des progrès — une extension de quatre semaines serait mieux!»