NOUVELLES
19/01/2018 13:08 EST | Actualisé 19/01/2018 13:08 EST

Lafrenière explique pourquoi une rencontre prévue avec 2 députés a été annulée

Il a refusé de commenter les dernières informations en lien avec «l'affaire Guy Ouellet».

THE CANADIAN PRESS

Le commissaire de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), Robert Lafrenière, a indiqué vendredi que si des rencontres prévues avec des députés avaient été annulées, en janvier, c'est parce que l'Assemblée nationale avait invoqué l'immunité parlementaire.

Le commissaire Lafrenière prononce une allocution vendredi midi devant l'Association des constructeurs de routes et grands travaux et c'est à cette occasion qu'il a rencontré la presse.

Interrogé à savoir pourquoi les députés Pascal Bérubé, du Parti québécois, et Éric Caire, de la Coalition avenir Québec, avaient vu une rencontre prévue avec un enquêteur annulée, en janvier, le commissaire Lafrenière a indiqué que le 8 janvier, l'UPAC avait reçu une missive de la part de l'Assemblée nationale, invoquant l'immunité parlementaire.

Les rendez-vous qui avaient été pris ont donc dû être annulés, a précisé le commissaire.

Cette question de la portée de l'immunité parlementaire devra éventuellement être tranchée, a-t-il fait valoir.

Il a par ailleurs refusé de commenter les dernières informations émanant des déclarations sous serment en lien avec «l'affaire Guy Ouellet».