NOUVELLES
19/01/2018 17:16 EST | Actualisé 19/01/2018 17:28 EST

Fausses nouvelles: Facebook va classer les sources selon leur fiabilité

Cette nouvelle annonce intervient une semaine après une autre mesure de Facebook, qui a annoncé jeudi son intention de réduire la présence des marques et des médias sur les fils d'actualité.

marcopako/Flickr

Facebook va hiérarchiser les sources d'information selon le degré de fiabilité qui leur est accordé par les utilisateurs du réseau social, a annoncé le groupe vendredi, nouvelle illustration de sa lutte contre les "fausses informations".

"J'ai demandé à nos équipes de s'assurer que nous donnons la priorité aux informations, fiables, (réellement) informatives et locales", a expliqué le patron de Facebook Mark Zuckerberg dans un texte publié sur sa page personnelle.

Mais comment décider du caractère fiable des sources d'information, s'interroge-t-il aussi, ajoutant avoir décidé de demander leur avis aux utilisateurs eux-mêmes.

"Nous allons désormais demander aux (utilisateurs) s'ils connaissent telle ou telle source publiant des informations et, si c'est le cas, s'ils font confiance à cette source. L'idée, c'est que certains médias ne sont considérés comme fiables que par leurs lecteurs ou téléspectateurs, tandis que d'autres bénéficient d'un degré de confiance plus large dans la société, même par ceux qui ne les suivent pas directement", explique M. Zuckerberg.

En fonction des réponses, les publications de médias considérés comme fiables seront plus visibles sur le fil d'actualités.

"Cette nouveauté ne modifiera pas la quantité d'informations que vous verrez sur Facebook. Cela ne fera que modifier l'équilibre des informations en faveur de sources qui sont considérées comme fiables par la communauté" des utilisateurs, poursuit M. Zuckerberg.

Cette nouvelle annonce intervient une semaine après une autre mesure de Facebook, qui a annoncé jeudi son intention de réduire la présence des marques et des médias sur les fils d'actualité.

Le groupe est critiqué depuis des mois, accusé notamment de ne pas assez lutter contre les fausses informations présentes sur le réseau, qui revendique deux milliards d'utilisateurs actifs mensuels.

Voir aussi: