NOUVELLES
19/01/2018 13:00 EST | Actualisé 19/01/2018 13:02 EST

Accusé de collusion à Longueuil, le dg de Rosemère a la confiance de son maire

Le maire affirme que la situation sera suivie «de jour en jour».

Ville de Rosemère

Le directeur général de Rosemère Guido Benedetti conserve la confiance de son maire, malgré les accusations qui pèsent contre lui. Benedetti aurait participé à un large réseau de partage de contrats alors qu'il était le directeur général de Longueuil.

L'affaire a été révélée cette semaine par Le Journal de Montréal. Guido «Guy» Benedetti se défend devant l'Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ) d'avoir participé à un système qui faisait en sorte que les contrats publics de Longueuil étaient principalement partagés par cinq firmes collusionnaires, soit Consultants SM, Dessau, Genivar, Cima+ et SNC-Lavalin.

Jeudi soir, le nouveau maire de Rosemère, Éric Westram, a affiché un message de soutien à M. Benedetti, embauché l'an dernier par l'administration sortante de Madeleine Leduc.

«Dans notre société de droit, la présomption d'innocence est un principe que nous valorisons et que nous défendons. [...] Dans cette perspective, le directeur général de Rosemère détient ma confiance et celle du conseil municipal, jusqu'à preuve du contraire. Nous devons être très prudents dans ce dossier, nous ne pouvons présumer de rien. Ni dans un sens, ni dans l'autre», a-t-il déclaré.

«Nous travaillons avec le directeur général depuis notre entrée en poste le 5 novembre dernier et je peux assurer la population rosemèroise que nous n'avons pas été témoins d'aucune irrégularité [sic]. Il n'y a rien qui porte à croire que le directeur général aurait enfreint son code de déontologie comme ingénieur dans l'exercice de ses fonctions ici à Rosemère», a poursuit M. Westram.

Le maire affirme que la situation sera suivie «de jour en jour» et que des décisions seront prises à la lumière des faits qui lui seront présentés.

Quatre années de collusion

M. Benedetti est devenu directeur général de Longueuil en 2005. Selon les faits rapportés par Le Journal de Montréal, le système de collusion aurait été en place de 2005 à 2009. Les cinq firmes auraient obtenu des contrats à la hauteur des contributions qu'elles faisaient à la caisse occulte du Parti municipal de Longueuil, dirigé par le maire de l'époque Claude Gladu.

Un ex-directeur du génie, Claude Fallu, affirme qu'il a été rétrogradé par M. Bendedetti lorsqu'il a cessé de fermer les yeux sur ce stratagème.

M. Benedetti est passé au sein du Réseau de transport de Longueuil en 2012, avant de devenir directeur général de Rosemère en 2016. Il a plaidé non coupable aux manquements déontologiques qui pèsent contre lui devant l'OIQ.