NOUVELLES
18/01/2018 17:07 EST | Actualisé 18/01/2018 17:07 EST

Une femme réussit à surprendre son époux avec une blague des années après sa mort

Phedre Fitton avait tout un sens de l'humour!

Antonia Nicol

Bien qu'elle soit décédée en 2013 à la suite d'une longue lutte contre le cancer, Phedre Fitton n'avait pas dit son dernier mot.

Peu de temps avant son décès, la Sud-Africaine de 69 ans avait formellement demandé à son mari, Nigel Fitton, de continuer à arroser les plantes de leur salle de bain après sa mort.

Celui-ci a rempli sa promesse jusqu'à son départ en maison de retraite, survenu tout récemment. Une fois déménagé, on lui a appris que les plantes dont il s'occupait avec tant d'attention depuis toutes ces années étaient en fait... en plastique.

C'est la fille du couple, Antonia Nicol, une pompière qui vit maintenant à Londres, qui a relayé sur Twitter la dernière blague de sa mère.

«Avant que ma mère ne décède, elle a demandé à mon père de continuer d'arroser les plantes de la salle de bain. Il les a religieusement arrosées afin de les maintenir en vie. Elles étaient si resplendissantes qu'il a décidé de les apporter avec lui dans sa nouvelle maison avant de découvrir qu'elles étaient en fait en plastique! Je peux entendre ma mère ricaner. »

«C'est seulement après que nous ayons pris un avion afin de venir l'aider à déménager que nous avons tous réalisé que les plantes étaient en plastique, a confié Nicol au HuffPost ce jeudi. Mon père a avoué qu'il se demandait comment elles étaient encore si belles après toutes ces années.»

«Nous avons beaucoup ri et c'était adorable de penser que ma mère était encore avec nous», a-t-elle ajouté.

Dans des tweets subséquents, Nicol a décrit sa mère comme étant «très drôle» et comme ayant un sens de l'humour assez «effronté».

«Ça l'aurait tellement amusée de savoir qu'il a vraiment tenu sa promesse», a déclaré Nicol.

Nigel a eu beaucoup de mal à surmonter son chagrin après que sa femme, dont il était tombé amoureux à l'âge de 16 ans, soit décédée. Selon Nicol, arroser les plantes a permis de l'occuper.

Après avoir utilisé une photo libre de droit générique dans son premier tweet à propos de la situation, Nicol a ensuite publié une photo de son père alors qu'il reproduisait le tour de sa mère.

«Mon père a tellement aimé l'histoire qu'il a décidé de la reproduire.»

Les deux publications de Nicol sont devenues virales.

«Quand je les ai publiées, je pensais qu'environ dix personnes les verraient, a-t-elle avoué. Elle a été stupéfaite de constater le succès de son histoire.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.