NOUVELLES
16/01/2018 21:45 EST | Actualisé 16/01/2018 21:54 EST

Le test cognitif passé par Donald Trump a été conçu par un immigrant canadien

Le neurologue libano-canadien a appris d'un journaliste, mardi après-midi, que la Maison-Blanche avait sélectionné l'Évaluation cognitive de Montréal pour mesurer les facultés du président.

AP Photo/Manuel Balce Ceneta

Lorsque la Maison-Blanche a dévoilé les résultats d'un test sur les aptitudes cognitives de Donald Trump, mardi, qu'il a réussi haut la main, il y avait un Canadien très fier, même s'il ne connaît pas le président américain. Il s'agit de Ziad Nasreddine, celui qui a conçu le test cognitif.

Le neurologue libano-canadien a appris d'un journaliste, mardi après-midi, que la Maison-Blanche avait sélectionné l'Évaluation cognitive de Montréal pour mesurer les facultés du président après des jours de spéculation sur sa santé mentale.

C'est le test que M. Nasreddine avait inventé comme jeune chercheur il y a une vingtaine d'années, dans l'objectif d'évaluer rapidement, en l'espace de 10 à 12 minutes, si la personne souffre d'un déficit cognitif léger ou d'un début de maladie d'Alzheimer.

L'évaluation consiste à faire des tâches telles que dessiner une horloge, identifier des animaux et se souvenir de mots.

Selon son concepteur, le test est maintenant utilisé dans 200 pays et est traduit en 60 langues. Il a même servi dans un pays en voie de développement pour démontrer que son dirigeant n'était plus apte à gouverner.

Mardi, la Maison-Blanche a annoncé le résultat du président Trump: 30 sur 30.

«C'est vraiment un honneur pour moi», a déclaré M. Nasreddine, qui est maintenant affilié à l'Université McGill et l'Université de Sherbrooke.

«Je suis vraiment ravi et heureux qu'ils aient choisi d'utiliser ce test parmi les autres.»

Lors de la séance quotidienne d'information à la Maison-Blanche, le médecin du président a annoncé qu'il avait sélectionné le test de Montréal parmi plusieurs autres.

Le docteur Ronny Jackson — qui a aussi travaillé avec l'ancienne administration et dont les qualités ont été reconnues par d'anciens employés du président Barack Obama — a déclaré qu'il n'avait jamais douté de l'habileté cognitive de Donald Trump. Il dit discuter avec lui de façon quotidienne, et il ne croyait pas nécessaire de lui faire passer ce test.

«Le président m'a demandé de le faire», a expliqué le docteur Jackson.

La bulle de Washington discute depuis plusieurs jours des détails d'un nouveau livre qui suggère que tout l'entourage du président remet en question son équilibre mental. Donald Trump a répondu aux rumeurs en se décrivant comme un «génie équilibré» et a réclamé le test cognitif.

Mais le test ne sert pas à mesurer complètement la santé mentale, selon son créateur.

Il a été conçu pour déceler le déclin cognitif précoce. Il ne peut être utilisé pour détecter des problèmes psychologiques et des traits de caractère, ou pour mesurer le jugement. Il souligne que le test peut aussi être manipulé par une personne qui a un très haut niveau d'éducation.

«Le test est une mesure de dépistage, ça a ses limites», a souligné M. Nasreddine.

«C'est un test principalement pour les fonctions exécutives et la mémoire, donc l'organisation, la planification et les pensées abstraites. (Quand même), si c'est 30 sur 30, c'est très rassurant quant à la capacité de la personne à avoir des fonctions cognitives minimales pour faire des choses importantes en matière de langage, de mémoire, de fonction exécutive. Il n'évalue absolument pas les enjeux liés à la personnalité.»

M. Nasreddine est arrivé au Canada à l'adolescence avec sa famille de confession druze qui fuyait la guerre civile au Liban. Il avait 15 ans. Lui, sa mère devenue veuve et ses soeurs étaient d'abord venus pour visiter un oncle pendant l'été de 1983, mais ils sont finalement restés.

VOIR AUSSI: