BIEN-ÊTRE
16/01/2018 14:52 EST | Actualisé 16/01/2018 15:02 EST

L'illustratrice Élise Gravel déconstruit tous les stéréotypes de genre chez les enfants

Les garçons peuvent être doux, rêveurs ou sensibles et les filles ne sont pas forcément sages, calmes ou fragiles.

Oui, les petits garçons peuvent s'émouvoir, pleurer et être coquets. Non, les petites filles ne se soucient pas que de leur apparence, ne sont pas toujours sages et peuvent devenir des meneuses. En fait, chacun peut être ce qu'il veut. Voilà ce que tient à rappeler l'illustratrice jeunesse montréalaise, Élise Gravel, dans ses dessins qui déconstruisent les clichés.

Cette artiste engagée a posté ce lundi 15 janvier sur sa page Facebook une affiche brisant les stéréotypes de genre. Ici, les garçons se voient attribuer des traits de caractère bien différents de ceux généralement imposés par la société: ils prennent soin des autres, sont doux, rêveurs ou encore créatifs.

Cette maman de deux filles s'était illustrée dans le même registre lors de la journée internationale de la fille, le 11 octobre dernier. Elle avait, à cette occasion, publié une affichette dressant la liste NON exhaustive de ce que les filles peuvent faire, comme être bruyantes, sales ou fortes.

Le dessin avait rencontré un franc succès et la question d'en proposer l'équivalent pour les petits garçons avait rapidement fait surface.

Ces petites affiches, elle les destine "aux parents et enseignants qui ont envie de déboulonner les stéréotypes sexuels". "Evidemment, je n'ai pas mis sur mes affiches TOUT ce qu'un enfant peut être", précise l'auteure d'une trentaine de livres en français et en anglais. Les garçons et les filles pouvant être "bien plus de choses" que ce que la Québécoise a mis sur ces dessins, cette dernière encourage les adultes à faire faire leur propre version aux enfants, "en y ajoutant ce qu'elles et ils ont envie d'être".

"Ces illustrations n'obligent personne à être quoi que ce soit: elles donnent tout simplement la permission aux enfants d'être autre chose que ce que les stéréotypes sexuels leur imposent", rétorque-t-elle quand on lui reproche de faire des "caractérisations".

Toujours dans l'optique de lutter contre les clichés sexistes, Élise Gravel a compilé dans un croquis quelques grands noms de femmes scientifiques. "J'ai fait ce petit dessin pour inspirer les filles qui ont envie d'étudier en sciences. À l'université, pour toutes sortes de raisons, les filles sont moins présentes que les garçons dans les programmes de sciences pures", raconte-t-elle sur son blog.

Aussi, dans son livre numérique gratuit "Tu peux", elle s'amuse à présenter des enfants dans des situations aux antipodes des stéréotypes genrés auxquels ils sont souvent soumis.

"Un petit livre en libre accès pour aider les enfants à faire face aux stéréotypes de genre."

La tolérance, le savoir-vivre...

Outre les stéréotypes de genre, l'auteure a d'autres champs de bataille, comme la tolérance ou le consentement, qu'elle explique aux petits avec ses mots et son coup de crayon.

Enfin, avec cette série de livres sur les moustiques intitulée "Les petits dégoûtants", l'objectif est de redorer le blason de plusieurs bestioles peu appréciées. "J'utilise beaucoup d'humour, comme dans tous mes livres, et j'essaie de rendre les bestioles cutes [N.D.L.R.: mignonnes], explique-t-elle au HuffPost. Mes dessins ne sont pas réalistes et n'ont rien à voir avec les insectes eux-mêmes. Je leur dessine de grands yeux ronds, des grosses têtes et un look plus mignon. J'essaie de leur donner une personnalité. Après, quand les enfants les voient en vrai, ils se souviennent qu'il s'agit d'un être vivant."

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

Voir aussi: