POLITIQUE
16/01/2018 08:40 EST | Actualisé 16/01/2018 14:53 EST

Le premier chapitre de la vie politique d'Alexandre Cloutier est terminé

Le député de Lac-Saint-Jean ne sollicitera pas un autre mandat.

La Presse canadienne/Jacques Boissinot

Le député péquiste Alexandre Cloutier a annoncé qu'il ne sollicitera pas un nouveau mandat lors des prochaines élections générales en octobre.

Il en a fait l'annonce mardi matin, à Alma, dans sa circonscription de Lac-Saint-Jean.

Cloutier terminera son présent mandat avant de quitter le monde de la politique. Il n'a pas exclu un retour en politique plus tard.

Je n'ai aucun regret. J'ai la fierté de dire que j'ai tout essayé et tout donné.Alexandre Cloutier

Il a évoqué que «son enthousiasme s'est effrité» et un changement dans la politique d'aujourd'hui, particulièrement la politique partisane, pour expliquer son départ.

«Cette motivation qui a toujours été inébranlable m'a quitté progressivement récemment, a-t-il dit. Mon enthousiasme, surtout quand je traverse la réserve faunique des Laurentides pour me rendre à Québec, s'est effritée.»

«L'air du temps est à l'instantanéité, gagner la journée, gagner la minute où chaque heure compte, où la pertinence et le bien commun sont trop souvent appréciés en fonction du nombre de "likes" ou de "retweets". Le problème d'une telle approche est qu'on finit par confondre l'essentiel avec la superficialité, et qu'on banalise en quelque sorte les prises de position plus formelles, plus réfléchies de nos formations politiques», a-t-il ajouté.

Celui qui a participé à deux courses à la chefferie du Parti québécois (PQ) aura été à l'Assemblée nationale pendant 10 ans. Il a entre autres été ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes, à la Francophonie canadienne et à la Gouvernance souverainiste dans le gouvernement de Pauline Marois. Il est actuellement porte-parole du PQ en matière d'éducation, de recherche, de persévérance scolaire et d'alphabétisation ainsi que vice-président de la Commission des transports et de l'environnement.

La Presse canadienne/Jacques Boissinot

Il avait été élu pour la première fois aux élections générales du 26 mars 2007. Il a ensuite été reconduit comme député de Lac-Saint-Jean en 2008, 2012 et 2014.

Ce départ du PQ s'ajoute à celui de la députée de Pointe-aux-Trembles, Nicole Léger, qui a aussi annoncé qu'elle ne se représentera pas lors des élections d'octobre. François Gendron, député d'Abitibi-Ouest, ne se représenterait pas en octobre, selon Le Devoir.

D'autres députés du PQ songeraient sérieusement à ne pas solliciter de mandat lors des prochaines élections générales. Les départs s'inscrivent dans un «processus normal» et «font partie de la vie politique», selon le chef du PQ, Jean-François Lisée, qui assure que le parti n'est pas en crise.

«Au début d'une année électorale, c'est le bon moment, par respect pour les militants, pour le parti et pour les électeurs du comté, d'annoncer ses couleurs si on décide de ne pas se représenter», a-t-il dit en conférence de presse aux côtés de Nicole Léger.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a par ailleurs salué Alexandre Cloutier, qu'il qualifie «d'homme de grande qualité».

«Je suis content maintenant que peut-être quand je le rencontrerai à l'avenir, ce ne sera plus comme adversaire politique», a ajouté le premier ministre.

Avec des informations de La Presse canadienne.

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​

Les citations politiques qui ont marqué le Québec en 2017