BIEN-ÊTRE
13/01/2018 13:34 EST | Actualisé 13/01/2018 13:34 EST

La mannequin Nina Agdal s'est fait humilier à la suite d'une séance photo

Le publicateur a décidé de retirer ses photos parce que «ça ne cadrait pas dans leur marché».

Yves Herman / Reuters

Il y a quelques mois, la mannequin danoise Nina Agdal s'est fait humilier lors d'une séance photo pour un magazine et ce, avec une équipe avec laquelle elle avait hâte de collaborer.

Son agent a reçu un courriel du publicateur disant que le look d'Agdal déviait de son portfolio et qu'elle ne rentrait pas dans les échantillons de vêtements, ce qui est faux selon la principale intéressée.

Le publicateur a expliqué qu'il ne publierait pas la couverture et les photos d'Agdal parce que «ça ne reflétait pas bien son talent» et que «ça ne cadrait pas dans leur marché», selon ce que la mannequin a écrit sur Instagram.

Today, I'm disappointed and appalled at the still very harsh reality of this industry. A few months ago, I agreed to shoot with a creative team I believed in and was excited to collaborate with. When my agent received an unapologetic email concluding they would not run my cover/story because it "did not reflect well on my talent" and "did not fit their market," the publisher claimed my look deviated from my portfolio and that I did not fit into the (sample size) samples, which is completely false. If anyone has any interest in me, they know I am not an average model body - I have an athletic build and healthy curves. After a tough year of taking a step back from the insensitive and unrealistic pressures of this industry and dealing with paralyzing social anxiety, I walked into that shoot as a 25 year old WOMAN feeling more comfortable in my own skin and healthier than ever before. Some days I'm a sample size, some days I'm a size 4, some a 6. I am not built as a runway model and have never been stick thin. Now more than ever, I embrace my curves and work diligently in the gym to stay strong and most of all, sane. I am proud to say that my body has evolved from when I started this crazy ride as a 16 year old GIRL with unhealthy and insufficient eating habits. So, shame on you and thank you to the publisher for reaffirming how important it is to live your truth and say it out loud, no matter who you are or what size. I decided to release an image to draw awareness and support of an issue that's bigger than just myself and affects so many people not just in the fashion industry, but in general, with the goal of bringing women from all over together in a celebration of our bodies. Let's find ways to build each other up instead of constantly finding ways to tear each other down. #bodyshaming #bodyimage #selfimage #dietculture #mybodymybusiness

Une publication partagée par Nina Agdal (@ninaagdal) le

«Après une année difficile où j'ai pris du recul des pressions insensibles et irréalistes de cette industrie et où j'ai composé avec une anxiété sociale paralysante, je suis allée faire cette séance photo en tant que femme de 25 ans mieux dans sa peau et plus en santé qu'à n'importe quel autre moment dans le passé. Certains jours je suis une taille 4, d'autres une taille 6. Je ne suis pas bâtie comme une mannequin de défilés et je n'ai jamais été maigrichonne. Maintenant plus que jamais, j'embrasse mes courbes et je travaille fort au gym pour rester forte, et plus que tout, saine», a-t-elle écrit.

«J'ai décidé de sortir une image pour attirer l'attention et le soutien sur une problématique qui est plus grande que moi et qui affecte beaucoup de gens non seulement dans l'industrie de la mode, mais en général, avec le but de réunir les femmes de partout dans une célébration de nos corps. Trouvons des façons de s'entraider au lieu de se détruire.»

Agdal complète son message avec des mots-clics évocateurs. La mannequin n'est pas la seule qui a critiqué l'industrie de la mode par rapport à son non-respect des personnes y travaillent. En octobre, Sara Sampaio s'était vidé le coeur sur son expérience avec le magazine français Lui, qui n'avait pas respecté sa clause de non-nudité.