NOUVELLES
13/01/2018 12:03 EST | Actualisé 13/01/2018 12:03 EST

El Pais accuse la télévision catalane de parti pris pour l'indépendance

La chaîne publique, qui a rejeté ces accusations, a déposé plainte auprès un tribunal de Barcelone.

ullstein bild via Getty Images

Le journal espagnol El Pais a critiqué samedi une décision de justice qui l'oblige à publier un droit de réponse de la télévision publique catalane TV3, pour l'avoir accusée d'épouser la cause de l'indépendance de la Catalogne.

Dans un reportage publié le 12 novembre sous le titre "Une semaine dans la bulle de TV3", et qu'il republie samedi, El Pais affirme que les programmes de la chaine catalane diffusés pendant sept jours de novembre étaient "biaisés" en faveur des sécessionnistes.

Le plus grand journal d'Espagne accuse par exemple la chaine de langue catalane d'avoir fortement exagéré le succès d'une grève générale convoquée par un petit syndicat indépendantiste le 8 novembre. Il affirme qu'un programme pour les enfants présentait une image de la société "divisée entre les catalans, bons, et les espagnols, très vilains".

El Pais affirme également que les bulletins d'informations de TV3 ne parlaient pratiquement pas de l'Espagne et qu'ils donnaient l'impression que "l'aspiration à l'indépendance est écrasante", alors qu'aux élections régionales de décembre les séparatistes ont recueilli moins de 50% des voix, comme lors des élections précédentes en 2015.

La chaîne publique, qui a rejeté ces accusations, a déposé plainte auprès un tribunal de Barcelone. Celui-ci a condamné cette semaine le journal à publier un "texte rectificatif" mais la décision n'est pas encore définitive et ce dernier fera appel.

El Pais souligne que selon le jugement, le droit de réponse "ne suppose pas que l'information publiée soit inexacte ou fausse, mais reconnait le droit de présenter une autre version".

Dans un éditorial, le journal qualifie la décision "d'attaque contre la liberté d'information". "Si n'importe quelle personne, entreprise ou institution à qui une information diffusée par un média déplait, même si elle est vraie, peut obtenir la protection des tribunaux en invoquant le droit de réponse, la liberté d'expression est gravement menacée", écrit-il.

Cet incident illustre le rôle controversé des médias dans la crise catalane.

TV3, dirigée par un indépendantiste engagé, est accusée de parti pris par les autres médias et les partis anti-indépendance en Catalogne. En revanche, les séparatistes catalans manifestent au cri de "la presse espagnole ment".

La télévision nationale RTVE est régulièrement accusée par ses propres syndicats de journalistes de prendre parti pour le gouvernement conservateur. Ils lui reprochent par exemple d'avoir passé sous silence les violences policières lors du référendum d'autodétermination de la Catalogne du 1er octobre, interdit par la justice.