DIVERTISSEMENT
12/01/2018 15:30 EST | Actualisé 16/01/2018 09:47 EST

35 livres québécois à surveiller cet hiver et ce printemps

Ce n'est pas le choix qui manque!

KatarzynaBialasiewicz via Getty Images

Entre les premiers jours de janvier et ceux de juin, plusieurs centaines de publications québécoises envahiront les librairies et les bibliothèques. Voici celles qui retiennent le plus notre attention.

Boréal débute l'année avec deux gros canons du monde littéraire. En publiant Une réunion près de la mer (16 janvier), Marie-Claire Blais publie le dixième et dernier tome du cycle Soifs, une grande série entamée en 1995! Quelques semaines plus tard, l'Académicien Dany Laferrière offrira à ses lecteurs Autoportrait de Paris avec chat (10 avril), une incursion dans le milieu littéraire de la Ville Lumière.

Jean Barbe livre un plaidoyer pour la «vraie» littérature, en opposition aux «insipides objets de consommation» qui prennent de plus en plus de place sur les tablettes, dans le roman Discours de réception du Prix Nobel (14 mars, Leméac).

Nouvelle venue dans la collection dirigée par Stéphane Dompierre, Jeanne Dompierre publie Dopamine(28 mars, Québec Amérique), une brève incursion dans la vie d'une jeune femme qui séjourne dans un centre de désintoxication, après une tentative de suicide, alors qu'elle tente d'accéder au monde adulte.

Finaliste au Prix du Gouverneur général pour Les enfants de Liverpool, Hugues Corriveau propose un autre petit bijou, La fêlure de Thomas (janvier, Druide), l'histoire d'un petit garçon qui est témoin d'un meurtre dans un dépanneur et qui s'empare à son tour du revolver pour tirer. Un enquêteur tendra de comprendre son geste.

Dans un orphelinat de Montréal, les filles se nomment toutes Marie et les garçons répondent tous au nom de Joseph. Sauf Rose et Pierrot, deux enfants abandonnés qui, devant les riches Montréalais des Années folle, dansent, jouent du piano et rêvent de grandiose. Puis, arrive la Dépression briseuse de rêves... Avec sa plume à la fois brute et magique, Heather O'Neill nous livre Hôtel Lonely Hearts(13 février, Alto).

La grande Abla Farhoud revient au premier plan avec Le fou d'Omar (17 janvier, Typo), un roman choral sur une famille libanaise musulmane établie à Montréal, dans laquelle un petit garçon, Radwan, fils d'Omar, questionne son identité, ses racines et son futur.

On est curieux de découvrir Fanny Cloutier ou l'année où j'ai failli rater mon adolescence (8 mars, Les Malins), de l'auteure Stéphanie Lapointe et de l'illustratrice Marianne Ferrer, qui racontent le destin d'une adolescente envoyée dans une famille dont elle ne connaissait rien, à 300 km de sa ville natale.

Après nous être rentrée en plein cœur avec Le Fleuve et Le Ciel, la comédienne et écrivaine Sylvie Drapeau propose L'enfer(7 février, Leméac), la déroute d'un jeune homme de la Côte-Nord, submergé par un trouble de santé mentale.

Exploration de la sexualité, fugues et rencontres peu recommandables remplissent le quotidien de celui qu'on surnomme Le Goupil (6 février, La Mèche), la nouvelle offrande littéraire d'Éric Mathieu, qui avait été salué pour son premier roman Les suicidés d'Eau-Claire.

Marie-Ève Bourassa invite ses lecteurs à faire un saut dans le temps, afin de continuer la saga du Red Light avec son troisième tome, Le sentier des bêtes (7 février, VLB), campé à la fin de la prohibition montréalaise.

Un thème central : la nourriture. Des angles multiples, gourmands, surprenants, alléchants, touchants, hilarants ou franchement troublants. Un collectif d'auteurs des grandes occasions formé, entre autres, par Michel Marc Bouchard, Chrystine Brouillet, Rafaële Germain, Michèle Plomer, Michel Jean et Geneviève Lefebvre. Un titre à retenir : Treize à table (février, Druide).

L'incomparable illustrateur Rogé rassemble des portraits et des poèmes d'enfants qui viennent d'immigrer au Québec, dans Mon histoire – Poèmes de jeunes immigrants (28 mars, La Bagnole). Un remède à la fermeture, à la peur et à l'intolérance.

De Rivière-des-Prairies à Saint-Hubert, la racaille des gangs de rue sera exposée dans le premier polar de Christian Giguère. Il a imaginé le destin d'une jeune banlieusarde fuyant sa vie beige au profit de la noirceur du monde, dans La disparition de Kat Vixen (21 mars, Héliotrope).

Ilona Flutsztejn-Gruda raconte l'après-guerre et le retour en Pologne, après avoir souffert de faim, de froid et de maladie, alors qu'elle et les siens n'ont pu déloger les familles qui s'étaient installées dans la maison qu'ils avaient dû abandonner pour survivre, dans Quand la guerre est finie (14 mars, Leméac).

Fille de militaire, Sandra Perron a joint les rangs des cadets de l'air à 14 ans, avant de devenir la première officière de l'infanterie canadienne. Son récit rempli d'obstacles et de douleurs est raconté dans Seule au front (28 février, Québec Amérique).

Quiconque connaît la drôlerie, la spontanéité et le naturel de Guylaine Guay sera curieux de découvrir Dame Mature (28 mars, Librex), «une réflexion comico-dramatique d'une périménopausée velue et moite».

Dans son deuxième roman, L'étrange odeur de safran (5 avril, XYZ), Miléna Babin explore le destin de Nil à la fin des années 80, alors qu'elle se rend dans le Bas-Saint-Laurent, où elle croisera plusieurs personnages troubles, dont un restaurateur séropositif, impliqué dans un trafic de safran.

On a également hâte de découvrir Tu ne tueras point d'Anne Peyrouse (30 janvier, Hamac), La doudou qui aimait trop le chocolatde Claudia Larochelle et Maira Chiodi (2 mai, Bagnole), la douceur et la candeur de Maman veut partirde Jonathan Bécotte (17 janvier, Leméac), l'oeuvre-choc de Marjolaine Beauchamp, M.I.L.F. sur la relation entre maternité et sexualité (28 février, Somme toute), Vivre ensemble de la psychologue spécialisée en relations interculturelles Rachida Azdouz (avril, Edito), Un selfie avec Justin Trudeau, une analyse de la critique sur la diplomatie du premier ministre canadien écrit par Jocelyn Coulon (4 avril, Québec Amérique), la biographie de René Homier-Roy, Moi une biographie de René-Homier Roy, sous forme d'entretiens réalisés par le journaliste Marc-André Lussier (7 mars, Leméac), Aventures de triplés, le récit de Catherine Mathys (7 mars, VLB), la biographie de Chantal Machabée: ma place parmi les hommes (5 avril, Hurtubise), Anna Caritas, le premier tome d'une série d'épouvante de Patrick Isabelle (25 janvier, Les Malins), Douze ans en France, le récit de Mélikah Abdelmoumen (28 mars, VLB),Le mentor et le jeune pédiatre, un échange entre Dr Gilles Julien et Dr Francis Livernoche (28 mars, Librex), Les Belles-Soeurs – L'oeuvre qui a tout changé, de Mario Girard (8 mars, La Presse), Une ville qui danse, le premier tome de deux romans campés dans le milieu de la danse, fort connu de son auteure Aline Apostolska (6 juin, VLB), le dixième roman de François Désalliers, La beauté noire(février, Druide), le nouveau roman de Pascale WilhelmySoupers de filles(21 mars, Librex) et le recueil de poésie de Mireille Gagné, Minuit moins deux avant la fin du monde (28 mars, Hexagone).

À voir également :