NOUVELLES
09/01/2018 22:00 EST | Actualisé 09/01/2018 22:01 EST

Une victime de l'incendie en Nouvelle-Écosse sort du coma

Deux jours après qu'un immense incendie eut tué une bonne partie de sa jeune famille, dont un bébé de trois mois.

THE CANADIAN PRESS/Andrew Vaughan

Un homme de la Nouvelle-Écosse est sorti du coma, mardi, deux jours après qu'un immense incendie eut tué une bonne partie de sa jeune famille, dont un bébé de trois mois.

Ervin Olsen, qui est l'arrière-grand-père de deux des quatre enfants qui sont morts dans le brasier tôt dimanche matin à Pubnico Head, a dit que le père se portait très mal.

Le père, un pêcheur nommé Phil Prouty, est sorti du coma lundi soir et a pu parler, mais son diagnostic demeure incertain, a raconté M. Olsen en entrevue, mardi.

Sa petite-fille, Emma Kennedy, est restée aux côtés de son conjoint dans un hôpital de Yarmouth en pleurant la mort de leur famille reconstituée. Un cousin qui était aussi dans la maison luttait pour sa vie, selon M. Olsen.

Le père de famille avait apparemment inhalé plus de fumée que sa petite-fille, a-t-il ajouté.

Mme Kennedy semble être en bonne santé, même si elle se remet difficilement du drame qui a affecté sa famille.

«Elle ne le laisse jamais, elle restera là-bas tout le temps, jusqu'à ce qu'il aille bien. C'est tout ce qu'il lui reste, lui», a expliqué son grand-père.

Un proche de Terre-Neuve qui avait lancé une campagne de sociofinancement pour aider la famille a déclaré que les victimes étaient toutes âgées de sept ans et moins.

Les arrières-petits-enfants de M. Olsen étaient Winston, âgé de trois mois, et Jayla, âgée de quatre mois. Il n'a pas pu offrir des détails sur les deux autres enfants morts dans l'incendie, par respect pour les autres familles affectées.

L'enquête se poursuit

La police et le Service de médecin légiste de la province n'ont pas encore dévoilé l'identité des victimes.

Le médecin légiste en chef, Matt Bowes, a diffusé un communiqué, mardi, affirmant que le service avait terminé son travail sur les lieux de l'incendie, qui ont été fouillés par un chien renifleur de cadavres, lundi.

Le service provincial effectuera ensuite des autopsies et d'autres tâches scientifiques liées à l'identification des corps.

«Les résultats sont partagés directement aux familles, à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et au Bureau du commissaire des incendies», a indiqué M. Bowes.

La cause de l'incendie fait toujours l'objet d'une enquête, mais la GRC a déjà écarté la piste d'un acte suspect. C'est le Service de médecin légiste qui dirige maintenant l'enquête.

Le chef des incendies de West Pubnico, Gordon Amiro, a dit que les flammes s'étaient déjà engouffrées dans la maison lorsque les pompiers sont arrivés après minuit, dimanche. Le couple a été transporté en ambulance avant que les camions de pompiers n'arrivent 12 minutes après avoir reçu un appel.