DIVERTISSEMENT
06/01/2018 17:38 EST | Actualisé 06/01/2018 17:38 EST

Ellen Pompeo démolit Woody Allen sur Twitter

Dylan Farrow l'en a remerciée.

Mario Anzuoni / Reuters

Vendredi soir, Ellen Pompeo a écrit plusieurs tweets critiquant Woody Allen ainsi que les acteurs qui travaillent avec lui.

Parmi les accusations d'inconduite sexuelle des derniers mois, Allen s'est fait pointer du doigt, surtout par sa fille adoptive, Dylan Farrow, qui a écrit un article pour le Los Angeles Times en décembre. Elle y note qu'Allen l'a agressé sexuellement dès son enfance. «Pourquoi est-ce qu'Harvey Weinstein et d'autres célébrités accusées ont été bannis d'Hollywood alors qu'Allen a récemment sécurisé une entente de distribution de plusieurs millions de dollars avec Amazon?», demande-t-elle.

Sur Twitter, Ellen Pompeo a republié un tweet d'HelloGiggles notant: «Un journaliste a passé à travers les journaux intimes de Woody Allen et a trouvé qu'il était obsédé par les adolescentes.»

«Je n'ai pas passé à travers ses journaux intimes et je savais ça... Je suis choquée qu'il y ait des gens qui travaillent avec cet homme. L'ambition est gentille», a-t-elle rajouté.

«Non, correction automatique, l'ambition est aveugle», a-t-elle corrigé.

Dylan Farrow a d'ailleurs remarqué les tweets de Pompeo et l'en a remerciée.

Pompeo ne s'est pas arrêtée là. En effet, elle a aussi demandé si Allen avait déjà donné des rôles à des personnes de couleur. Un internaute a répondu que oui, Penelope Cruz avait gagné un Oscar pour Vicky Cristina Barcelona, ce à quoi elle a répondu: «Ok wow une... Bon pour lui.»

L'actrice a aussi retweeté l'utilisatrice @bndcalderio, qui explique que de séparer le professionnel du personnel n'est pas une bonne chose. «Si quelqu'un viole, touche ou est violent avec quiconque je m'en fous si cette personne est talentueuse ou pas. Je n'écouterai pas ce que cette personne fait», a-t-elle écrit.

«Tu sais comment j'appelle ça? Esquiver les prédateurs et courir après les trophées... C'est FAIBLE en tabarnouche», a rajouté Pompeo.

C'est ce qu'on appelle se faire remettre à sa place!