NOUVELLES
06/01/2018 11:20 EST | Actualisé 06/01/2018 11:21 EST

A quelques pas de la Maison-Blanche, leur maison est une tente glaciale

«Ma situation est horrible.»

ANDREW CABALLERO-REYNOLDS via Getty Images

Deux sacs de couchage et "pleins de couvertures" n'y font rien, par les températures glaciales qui paralysent les habitants du nord-est des Etats-Unis, Jin Yang-Hun n'arrive pas à se réchauffer dans la tente qui lui tient lieu de foyer à quelques encablures de la Maison-Blanche à Washington.

Comme lui, ils sont près de 7500 sans-abris dans la capitale américaine où la température avoisine les -10° Celsius depuis plusieurs jours.

"Ma situation est horrible", commente Jin Yang-Hun, un Américain d'origine sud-coréenne qui préfère se tenir à l'écart des foyers pour sans-abris, les jugeant trop dangereux.

Avant d'arriver en 2009 à Washington, où son abri de fortune tranche avec le décor opulent des immeubles de bureaux avoisinants, il avait déjà connu la rue à New York, où les températures hivernales sont encore plus rudes.

Pour parer à la vague de froid, l'association d'aide aux sans-abris SOME (So Others Might Eat, "Pour que les autres puissent manger", littéralement) avait décidé vendredi d'ouvrir sa salle de repas toute la matinée.

A Washington, "c'est très difficile de payer un loyer si l'on n'a pas un salaire très élevé", commente Kate Wiley, chargée de la communication de l'association, indiquant que le nombre de SDF y a "radicalement augmenté" au cours de cinq dernières années.

Au total, une centaine de convives étaient attablés vendredi dans les locaux de SOME, certains discutant bruyamment, d'autres silencieux ayant apporté sacs et valises dans une salle encore affublée de joyeuses décorations de Noël.

Gymnases réquisitionnés

"Il n'y a pas à se plaindre", commentait Charles Jackson, 43 ans, au sujet du menu. Du poulet, des haricots verts et du brownie. Le tout accompagné d'un café versé dans des gobelets rouges dont on peut se resservir à volonté.

Savourant calmement son déjeuner, le quadragénaire explique avoir perdu son emploi de charpentier au mois d'août après 20 ans dans la profession.

Son loyer est alors devenu trop cher et il a réussi à trouver un logement d'urgence tout en continuant à chercher un nouvel emploi. "Je n'ai jamais été au chômage pendant aussi longtemps", constate-t-il, un sac de vêtements et livres qui lui ont été offerts posé à côté de lui.

La municipalité a pris des mesures spéciales face au froid extrême qui sévit et des gymnases ont été mis à la disposition des SDF rapporte Kate Wiley, tout en constatant que "certaines personnes ne font pas confiance aux abris".

Dans un autre quartier de la ville, près du siège du ministère des Affaires étrangères, deux frères, Mark et Tommy Taylor, ont fortifié leur tente à l'aide d'une bâche et se réchauffent devant un feu brûlant dans un tonneau.

"J'ai vécu dans la rue par intermittence pendant les quarante dernières années", explique Mark. "Je finis toujours par me retrouver à la rue parce que je souffre d'une maladie mentale (...) qui fait que j'ai du mal à garder un travail", poursuit-il.

Mais finalement, lui et Tommy, qui vient de sortir de prison, n'ont plus que quelques heures à attendre dans les rues parsemées de neige noircie par les pas des habitants.

"Nous venons d'obtenir un appartement" avec l'aide d'une association, explique Mark. "On est supposé emménager cet après-midi."

Juste à temps, ajoute son frère. "Parce qu'il va faire vraiment vraiment froid ce soir."