POLITIQUE
03/01/2018 17:41 EST | Actualisé 05/01/2018 13:16 EST

Chantier: des crédits de taxes envisagés sur Sainte-Catherine

«Ça pourrait être rétroactif pour Sainte-Catherine» - Robert Beaudry, responsable du développement économique et commercial.

Olivier Robichaud

Alors que la rue Sainte-Catherine Ouest sera mise en chantier dans quelques jours, l'administration Plante songe à appliquer rétroactivement les nouvelles mesures fiscales qui seront annoncées pour aider les artères commerciales en chantier.

La mairesse Valérie Plante a promis en campagne électorale que les commerçants recevront dorénavant un crédit de taxes lorsque des travaux municipaux sont prévus devant leur établissement. Selon Robert Beaudry, responsable du développement économique et commercial au sein du comité exécutif, le plan sera annoncé cet été.

Les élus songent à appliquer le plan à la rue Sainte-Catherine, qui sera en chantier jusqu'en 2019.

«Ça pourrait être rétroactif pour Sainte-Catherine. Je ne veux pas trop m'avancer pour l'instant parce qu'on travaille là-dessus», affirme M. Beaudry

Forcer une réduction de loyer

Par ailleurs, la Ville tente de trouver des moyens pour que cette possible baisse de taxes se traduise en baisse de loyer pour les commerçants locataires plutôt que d'enrichir les propriétaires d'immeubles.

«Si c'est une baisse de taxes, il faut s'assurer que ça se rende aux commerçants locataires. C'est pour ça que le plan doit être bien construit», explique M. Beaudry, qui note que l'artère compte déjà une soixantaine de locaux vacants.

La plupart des commerces dans la portion concernée par les travaux sont locataires. On y trouve notamment le Centre Eaton et la Place Montréal Trust, propriétés d'Ivanhoé Cambridge.

Selon Claude Sirois, président des centres commerciaux d'Ivanhoé Cambridge, la société s'implique auprès de la Ville pour réduire l'impact sur ses commerçants.

«Nous comprenons les préoccupations des commerçants et des riverains et nous travaillons activement à trouver des pistes de solution pour mitiger l'impact des travaux. À terme, nous savons que nos immeubles au même titre que les commerçants, les riverains et les Montréalais bénéficieront des travaux de revitalisation de la rue Sainte-Catherine», affirme-t-il.

Les petits plus affectés que les grands

À l'intérieur des centres commerciaux concernés, les commerçants ne semblent pas trop inquiets. Au Musée Grévin, un gérant prénommé Sym estime que les ventes pourraient diminuer de 10 à 15%.

«La plupart des gens planifient d'avance leur sortie au musée. On va perdre une partie de la clientèle de passage, mais il n'y en a pas tant que ça», dit-il.

Sym souligne que le Centre Eaton, qui héberge le Musée Grévin, est connecté au Réso souterrain ainsi qu'à la ligne verte du métro. Même son de cloche du côté du Cinéma Banque Scotia, situé tout juste à l'ouest de la zone de travaux.

Ce sont les commerces dans les plus petits édifices qui connaîtront les impacts les plus importants, notamment à l'est du boulevard Robert-Bourassa.

«C'est sûr que ça aura un impact. Ce printemps, ça ne sera pas si grave. On va perdre peut-être 20 ou 30% de ventes. Mais cet été, les gens vont avoir de la difficulté à se rendre sur Sainte-Catherine. Les gens qui quittent la Place des Festivals, ils ne vont pas passer par ici», affirme Fares Zahed, propriétaire d'une tabagie qui vend des articles touristiques.

Même son de cloche au Presse Café situé à l'angle de la rue Saint-Alexandre.

«On a une clientèle de bureau et une clientèle de passage. En hiver, la clientèle de bureau ne sera pas affectée. Mais cet été, ils ne viendront pas sur notre terrasse quand la rue est pleine de poussière», affirme un gérant prénommé Alain.

Robert Beaudry rappelle que les commerces de la rue Sainte-Catherine peuvent profiter du PRAM – artères en chantier. Ce programme permet de financer 40% de travaux de façade et d'éclairage.

La Ville assurera aussi une certaine animation pendant les travaux pour que «Sainte-Cath» conserve son dynamisme. Les accès pour les piétons seront maintenus en tout temps.

Deux ans de travaux

Les travaux préparatoires ont déjà commencé en vue de la mise en chantier prévue la semaine prochaine. Mercredi, des employés de la Ville remplaçaient une vanne d'arrêt d'aqueduc à l'intersection du boulevard Robert-Bourassa. Des panneaux d'affichage ont aussi été installés.

Dès lundi, la Ville procédera à des travaux de gainage sur l'égout collecteur entre la rue de Bleury et le boulevard Robert Bourassa. La rue Sainte-Catherine sera fermée à la circulation automobile sur la majeure partie de ce tronçon jusqu'à la fin du mois d'avril. Les piétons y auront toutefois accès.

Entretemps, la Commission des services électriques procédera à des travaux électriques entre Robert-Bourassa et Mansfield. Les travaux s'étireront jusqu'en juin, mais une voie de circulation pour les automobilistes seront maintenus.

Entre les mois de juin et novembre, la situation sera inversée: la Commission des services électriques mènera ses opérations entre de Bleury et Robert-Bourassa alors que l'égout collecteur sera réhabilité entre Robert-Bourassa et Mansfield.

Le réaménagement de l'artère, y compris le Square Philips, aura lieu en 2019. Dans une phase ultérieure, la Ville prolongera les travaux vers l'ouest jusqu'à l'avenue Atwater.