NOUVELLES
31/12/2017 16:01 EST | Actualisé 31/12/2017 16:01 EST

En vacances à la montagne, Mike Pence a reçu un accueil très spécial

Les maisons du vice-président américains inspirent visiblement ses détracteurs.

POOL New / Reuters
En vacances à la montagne, Mike Pence a reçu un accueil très spécial.

"MAGA" pour "Make America Gay Again". Le vice-président des Etats-Unis Mike Pence a eu droit à un accueil personnalisé alors qu'il arrivait sur sa propriété d'Aspen, dans le Colorado pour les fêtes de fin d'année.

Le vice-président de Donald Trump, qui se décrit lui-même comme "chrétien, conservateur et républicain, dans cet ordre", est un opposant déclaré de la communauté LGBT. C'est pourquoi ses voisins ont décidé de l'accueillir avec un drapeau aux couleurs de l'arc-en-ciel et floqué d'une version détournée du slogan du président: "Make America Gay Again".


Comme le relate le journal local The Aspen Times, le drapeau a été placé sur un bloc de granit, à l'extrémité des allées qui conduisent aux maisons, par les filles du couple de voisins et une de leur petite-amie. "Il ne pouvait pas le rater", a affirmé le shérif du comté.

Une homophobie assumée

Récemment, un long article sur Mike Pence dans le New Yorker est venu rappeler l'homophobie du vice-président américain, par le biais d'une anecdote relatée par Donald Trump. Lors d'une conversation sur les droits des Américains homosexuels avec un juriste, le président des Etats-Unis se serait amusé des convictions de son vice-président, déclarant en riant qu'il "ne fallait pas en parler" à Mike Pence, car "il veut tous les pendre".

Pendant son mandat de gouverneur de l'Indiana, Mike Pence s'était aussi illustré en signant, en 2015, une loi autorisant les entreprises à discriminer leurs clients LGBT.

Ce n'est pas la première fois que les demeures du vice-président sont prises pour cibles par des militants des droits pour dénoncer sa politique. Après l'élection de Donald Trump, les résidents du quartier où Mike Pence louait une maison à Washington avaient accroché des drapeaux arc-en-ciel à leurs fenêtres ou à leurs portes. Une façon "respectueuse" de marquer leur désaccord avec le bras droit du président américain.