BIEN-ÊTRE
30/12/2017 10:34 EST | Actualisé 30/12/2017 10:34 EST

Faire de la thérapie en marchant ferait des miracles

Surtout pour les personnes souffrant d'anxiété.

Getty Images

Si Denis Coderre pouvait «marcher et mâcher de la gomme en même temps», faire de la thérapie en marchant serait bénéfique, surtout pour les gens souffrant d'anxiété, selon Glamour.

La thérapeute Jen Udler de Positive Strides à Washington, D.C., se spécialise en «thérapie du mouvement», c'est-à-dire marcher tout en faisant de la thérapie. «La pratique combine le fait de parler et de marcher à l'extérieur afin que le client avance physiquement et émotionnellement vers ses buts thérapeutiques», explique le site web de Positive Strides.

Si cette approche peut sembler étrange pour certains, une étude a noté que les gens anxieux préfèrent parler à quelqu'un d'autre lorsqu'ils ne les regardent pas dans les yeux. Ça fait du sens, quand on pense aux conversations vulnérables qu'on peut avoir en marchant, en conduisant ou en étant passager d'une voiture, par exemple.

Si plusieurs psychologues recommandent à leurs clients de faire de l'exercice, faire de l'exercice avec son psychologue serait encore mieux pour certaines personnes. Selon Clay Cockrell, le fondateur de Walk and Talk Therapy à New York, les clients qui s'assoient dans son bureau prennent plus de temps à faire du progrès que ceux qui marchent.

Un autre avantage de la thérapie en mouvement, selon Glamour, est que le fait de bouger permet au psychologue d'observer son client physiquement. Si quelque chose cloche, il peut l'adresser. En effet, il y a souvent une relation entre comment quelqu'un se sent physiquement et comment il se sent émotionnellement.

La thérapie en mouvement serait aussi bénéfique pour les gens qui ont de la difficulté avec les formes plus traditionnelles de thérapie, parce que le fait de bouger change la façon de penser. En effet, le mouvement physique permet de sentir qu'on avance physiquement, mais aussi mentalement.

Selon Denice Clark, une thérapeute conjugale et familiale à Atlanta, «on avance littéralement et métaphoriquement. Je pense que ça aide les clients à se décoincer», explique-t-elle à CNN.

Selon Clark, dont la pratique s'appelle Sole to Soul Therapy, l'exercice créé des endorphines, donc pour quelqu'un qui vit un deuil ou une dépression, le simple fait d'être dehors peut améliorer leur état émotionnel et mental.

Si la thérapie en mouvement fait des miracles pour certains, il y a encore peu de recherche sur le sujet. Cependant, un article de l'American Psychological Association note que si ça peut avoir des bénéfices, il faut aussi prendre des précautions. Par exemple, il y a d'autres gens qui sont aussi à l'extérieur, donc il y a un risque qu'ils entendent la conversation qui se veut confidentielle.

Ceci dit, «malgré le peu de données, c'est évident que de combiner l'exercice et la thérapie accomplit au moins un but important: aider les gens à faire deux choses saines qu'ils pourraient reporter autrement», note l'American Psychological Association.

C'est une approche intéressante, tant qu'il ne fait pas -20 dehors!