POLITIQUE
29/12/2017 16:50 EST | Actualisé 29/12/2017 16:50 EST

11 nouvelles à surveiller à Montréal en 2018

On peut d'ores et déjà prévoir d'importants développements dans la métropole, surtout en matière de transport.

FOTOimage via Getty Images

Que nous réserve l'actualité en 2018? L'avenir nous le dira, mais on peut d'ores et déjà prévoir d'importants développements dans la métropole, surtout en matière de transport.

La première promesse: 300 autobus hybrides

L'administration de Valérie Plante souhaite doter la Société de transport de Montréal (STM) de 300 nouveaux autobus hybrides d'ici 2020. Dès le lendemain de sa victoire électorale, la nouvelle mairesse en a fait sa priorité absolue.

L'achat coûtera 225 M$, mais la part assumée par le gouvernement provincial n'a pas encore été annoncée. N'empêche, Mme Plante a d'ores et déjà promis le lancement d'un appel d'offres dès le mois de janvier.

Les autobus, combinés à la ligne rose et le prolongement de la ligne bleue, feraient partie de la solution pour améliorer la desserte en transports en commun de l'est de la ville, entre autres.

La pelletée de terre du REM

La Caisse de dépôt et placement du Québec prévoit entamer dès ce printemps les travaux pour le Réseau électrique métropolitain, ce train léger sur rails qui reliera la Rive-Sud, le centre-ville, l'aéroport, l'Ouest de l'île et la Rive-Nord. Mais des retards dans le choix du consortium qui doit le construire jettent un doute sur cet échéancier.

Le choix devait avoir lieu en novembre, puis avant la fin de l'année. Il a finalement été reporté au mois de février, laissant très peu de temps entre la signature du contrat et la mise en chantier.

La date de 2018 a été choisie afin de coordonner les travaux avec ceux du nouveau pont Champlain. De cette façon, la circulation ne serait pas perturbée après la fermeture de la structure actuelle.

Et la Caisse n'est plus confiante que le budget de 6 milliards de dollars sera respecté.

Les sacs de plastique bannis

Dès le 1er janvier, les sacs de plastique minces seront interdits dans le Grand Montréal. Seuls les sacs plus épais, plus facilement réutilisables, seront disponibles. Les consommateurs pourront aussi faire leurs emplettes avec des sacs de tissu ou de papier.

La Communauté métropolitaine de Montréal va de l'avant avec cette mesure alors que Recyc-Québec tarde à publier une étude sur le cycle de vie des sacs à usage unique. Prévue pour le mois de mars, la publication a été reportée au mois de décembre. Le rapport n'a toujours pas été dévoilé, malgré les protestations de l'industrie du plastique et des détaillants.

Le cauchemar Turcot

L'échangeur Turcot trônera au sommet des préoccupations de nombreux automobilistes tout au long de l'année 2018. Le projet de remplacement de la structure est entré dans sa phase critique: au cours de l'année, plusieurs bretelles seront successivement déconstruites, tout comme la chaussée de la 720 Ouest.

La transition progressive vers la nouvelle route 136 est entamée, mais les fermetures temporaires et les changements de configuration de l'échangeur seront nombreux. Les automobilistes devront s'armer de patience... et de la section «Mon parcours» du site web de l'échangeur.

La Ville poursuivie par la Formule E

L'édition montréalaise de la Formule E est morte et enterrée, mais la saga n'est pas finie. Dès l'annonce de son annulation, la mairesse Valérie Plante a dit s'attendre à ce que le dossier soit judiciarisé. Une crainte confirmée le lendemain par Formula E Operations, qui organise le championnat de voitures électriques.

Les montants qui pourraient être réclamés ne sont pas connus, mais le montant de 9,6 M$ a été avancé, soit l'équivalent des droits de course pour les éditions 2018 et 2019.

«Sainte-Cath» réaménagée

Dès le 8 janvier, la principale artère commerciale de Montréal sera en chantier. Les premiers travaux viseront à réhabiliter l'égout principal situé sous la rue Sainte-Catherine. Des travaux électriques sont également prévus.

La Ville profitera de la mise en chantier pour revoir l'aménagement de la rue. Entre autres choses, les trottoirs seront élargis à 6,5 mètres dans la portion qui fait partie de la nouvelle Promenade Fleuve-Montagne. L'absence d'aménagements remarquables sur la portion sud de cette promenade, qui comprend la rue Sainte-Catherine, a d'ailleurs fait l'objet de critiques lors de son inauguration.

La nouvelle administration a promis de mieux gérer les grands chantiers afin d'éviter que des artères comme Sainte-Catherine ne subissent le même calvaire qui a affligé le boulevard Saint-Laurent et, à un degré moindre, la rue Saint-Denis. De nouveaux pouvoirs en matière de taxation sont également disponibles afin d'alléger le fardeau fiscal des commerçants affectés par les travaux.

Qu'arrivera-t-il de Pierrefonds-Ouest?

L'avenir du secteur Pierrefonds-Ouest, visé par un important projet de développement immobilier, est plus qu'incertain depuis l'élection de Valérie Plante et d'une majorité de conseillers de Projet Montréal.

L'endroit contient plusieurs milieux humides, mais l'administration précédente prévoyait en conserver la moitié et permettre la construction de logements sur l'autre. L'idée a été froidement accueillie et l'Office de consultation publique de Montréal a demandé à la Ville de retourner à la planche à dessin pour assurer l'acceptabilité sociale du projet.

Projet Montréal souhaite quant à lui créer un parc national plus grand que le parc du Mont Royal. Cette mesure nécessiterait toutefois l'approbation du gouvernement provincial. Entre-temps, certaines mesures intermédiaires sont possibles, allant d'un changement de zonage à une expropriation.

Et des négociations sont à prévoir: l'arrondissement Pierrefonds-Roxboro est contrôlé par Équipe Denis Coderre, mais tout changement devra être approuvé par la ville-centre.

Un SRB sur Pie-IX, enfin!

Après des années d'études et de reports, la Ville de Montréal et ses partenaires prévoient enfin installer un système rapide par bus sur le boulevard Pie-IX, entre le Stade olympique et le boulevard Saint-Martin à Laval. Les travaux débuteront à l'automne pour une mise en service en 2022.

Les travaux seront importants, puisque c'est la désuétude des infrastructures qui a forcé le report du projet. Les réseaux d'eau et d'égouts seront refaits sur toute la portion montréalaise. La fondation, la chaussée et les trottoirs seront remis à neuf.

Les plans et devis devraient être remis sous peu au Réseau de transport métropolitain, qui pilote le projet. Les appels d'offres pour la construction et la fourniture des véhicules n'a pas encore été lancé.

L'hippodrome de Montréal déconstruit

La Ville de Montréal est devenue propriétaire de l'ancien hippodrome cet été. Elle s'est donnée deux ans pour le déconstruire et décontaminer le site.

Le secteur doit accueillir un important projet immobilier de 5000 unités de logements. Mais des rebondissements sont à prévoir si la nouvelle administration va de l'avant avec sa promesse d'imposer un minimum de 20% de logements sociaux, 20% de logements abordables et 30% de logements à trois chambres à coucher.

L'administration Plante souhaite également réserver une partie du terrain pour construire une école.

Montréal taxera-t-elle les propriétaires étrangers?

Valérie Plante l'a dit à plusieurs reprises: elle souhaite avoir le pouvoir de taxer les propriétaires étrangers d'immeubles, à l'instar de ce que font Toronto et Vancouver.

La mairesse affirme qu'elle n'utilisera pas nécessairement ce pouvoir. Mais elle souhaite éviter l'explosion des valeurs immobilières vécues dans ces deux villes, principalement à cause de l'achat de propriétés par des investisseurs chinois.

Jusqu'à présent, le marché montréalais n'a pas connu un phénomène de la même ampleur. Reste que, depuis les resserrements effectués à Toronto et Vancouver, la proportion de propriétaires non-résidents est passée de 1,1 à 1,7%. La croissance est principalement due aux Chinois.

Des études sur la ligne rose

Reste la fameuse ligne rose... L'échéancier serré que s'est donné la mairesse nécessite la mise sur pied presque immédiate d'un bureau de projet. Cette étape a pris 13 ans pour le prolongement de la ligne bleue et encore quatre ans de plus pour que Québec s'engage à le financer, mais les projets liés au métro relevaient alors de la défunte Agence métropolitaine de transport (AMT), et donc du gouvernement provincial.

Avec la refonte de la gouvernance du transport, c'est la STM qui est désormais maître-d 'œuvre des projets de métro. Montréal pourra donc faire avancer rapidement les études sur la ligne rose.

Éventuellement, la Ville et la STM devront tout de même obtenir l'approbation de l'Agence régionale de transport métropolitain (ARTM), de la Communauté métropolitaine de Montréal et du gouvernement provincial. Mais au moins, l'idée pourra faire du chemin entre-temps.