NOUVELLES
26/12/2017 13:15 EST | Actualisé 26/12/2017 13:15 EST

Katie Ledecky est l'athlète féminine de l'année 2017, selon l'Associated Press

Ledecky est la huitième nageuse à remporter cet honneur.

Katie Ledecky s'est mise à la natation pour se faire de nouveaux amis. Certains de ceux qu'elle a rencontrés alors qu'elle n'avait que 6 ans le sont toujours aujourd'hui. Ce qui a changé, c'est que Ledecky est la meilleure de sa profession, et maintenant l'athlète féminine de l'année 2017 selon l'Associated Press.

L'Américaine a gagné cinq médailles d'or et une d'argent aux derniers Championnats du monde, à Budapest, poursuivant ainsi son ascension amorcée avec une médaille d'or surprise aux Jeux olympiques de Londres, en 2012. Cette performance dominante en Hongrie lui a permis de trôner au sommet du scrutin mené par l'agence américaine auprès des éditeurs et rédacteurs en chefs des salles de presse du sud de la frontière.

Ledecky a reçu 351 points, huit de plus que la joueuse de tennis Serena Williams, qui a mis la main sur son 23e titre du Grand Chelem aux Internationaux d'Australie, un record de l'ère moderne. La vedette de l'athlétisme Allyson Felix a pris le troisième rang, avec 248 points.

En 2016, Ledecky avait terminé au deuxième rang, derrière la gymnaste Simone Biles.

L'athlète masculin de l'année de l'Associated Press sera divulgué mercredi.

Ledecky est la huitième nageuse à remporter cet honneur, la première depuis Amy Van Dyken en 1996. Parmi les autres lauréates, il y a eu Debbie Meyer, en 1969. Aux derniers JO de Rio de Janeiro, Ledecky a répété l'exploit de Meyer en balayant les 200, 400 et 800 m style libre.

«Il y a vraiment une grande histoire en natation style libre chez les dames, a dit Ledecky au sujet des précédentes gagnantes du titre de l'Associated Press. Je m'inspire vraiment de leurs accomplissements.»

Elle est devenue la première athlète universitaire active à remporter le titre depuis la basketteuse Rebecca Lobo, en 1995, alors qu'elle portait les couleurs de l'Université du Connecticut. À sa deuxième année à Stanford, Ledeceky hésite toujours entre une majeure en psychologie ou en sciences politiques. Elle adore sa vie sur le campus, où elle réside en compagnie de cinq autres nageuses.

«De demeurer dans un environnement universitaire ajoute au plaisir, dit-elle. D'être avec ses coéquipiers, de se préparer aux Championnats de la NCAA, d'avoir cet objectif d'équipe est très amusant.»

Pas tout à fait à mi-chemin des Jeux de Tokyo, en 2020, Ledecky les a déjà bien en tête. Mais comme Phelps, l'athlète de Bethesda, au Maryland, n'a jamais révélé publiquement ses cibles, ni en temps, ni en position finale.

«Je me fixe des objectifs élevés. C'est toujours ce qui m'a motivée», affirme-t-elle.

Bien qu'elle vive constamment en quête de résultats, Ledecky apprécie les hauts et les bas de l'aventure, chose qu'elle a apprise entre Londres et Rio. Mais son sourire et son attitude amicale cachent une féroce compétitrice, toujours en train de planifier pour vaincre ses adversaires et gagner des fractions de seconde sur elles.

«Je sais que quatre ans passent très rapidement, explique Ledecky. Je veux faire tout ce que je peux pour garder le haut du pavé.»