NOUVELLES
20/12/2017 13:53 EST | Actualisé 20/12/2017 13:53 EST

Un ex-inspecteur de la GRC déclaré non coupable d'agression sexuelle

Tim Shields, qui était un porte-parole très médiatisé de la GRC, avait plaidé non coupable à un chef d'accusation d'agression sexuelle.

Ben Nelms / Reuters

Un ancien inspecteur de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) accusé d'avoir agressé sexuellement une employée civile dans les toilettes du quartier général de la police fédérale à Vancouver a été reconnu non coupable, mercredi, par la Cour provinciale de la Colombie-Britannique.

Tim Shields, qui était un porte-parole très médiatisé de la GRC dans cette province, avait plaidé non coupable à un chef d'accusation d'agression sexuelle.

Lors du procès, la plaignante a soutenu qu'en 2009, l'accusé l'avait conduite dans les toilettes unisexes parce qu'il avait quelque chose d'important à lui dire. Il aurait alors verrouillé la porte avant d'embrasser et d'agresser la plaignante, la laissant «paralysée et confuse».

La Couronne a fait valoir que M. Shields avait mal saisi la notion même de consentement lorsqu'il a mis les mains sur les seins de la plaignante, qu'il a déboutonné le pantalon de la femme et a placé sa main sur son sexe.

La défense a mis en doute la crédibilité de la plaignante, rappelant qu'elle avait échangé avec l'accusé au moins un courriel au ton séducteur, et que les deux collègues avaient développé une relation étroite qui permettait notamment les fréquentes accolades au travail, parfois derrière des portes closes. Dans son témoignage, l'accusé a soutenu que la plaignante était pleinement consentante.

M. Shields avait joint la GRC en 1996 et avait gravi les échelons jusqu'à sa nomination au poste d'inspecteur en 2009. Il a été suspendu avec solde en mai 2015, pendant l'enquête disciplinaire, et il a quitté la GRC en décembre 2015, cinq mois avant le dépôt de l'accusation.