NOUVELLES

Risque minime de transmission d'un virus entre saumon d'élevage et sauvage

Ce virus trouve son origine dans l'océan Pacifique et touche principalement le saumon sauvage, mais «c'est le saumon de l'Atlantique d'élevage qui est plus vulnérable à cette maladie».

20/12/2017 16:55 EST | Actualisé 20/12/2017 16:56 EST
Andy Clark / Reuters

Le risque pour qu'un virus qui touche des saumons d'élevage se transmette à des saumons sauvages du Pacifique "est minime", a annoncé mercredi le ministère canadien des Pêches.

Les études et analyses montrent que le virus de la nécrose hématopoïétique infectieuse (VNHI) attribuable aux fermes de saumon atlantique des îles Discovery (ouest) est minime", selon ce ministère.

Ce virus trouve son origine dans l'océan Pacifique et touche principalement le saumon sauvage, mais "c'est le saumon de l'Atlantique d'élevage qui est plus vulnérable à cette maladie", selon la même source.

Toutefois, note une des études scientifiques, en cas d'épidémie "le VNHI serait disséminé dans le milieu marin à mesure que les saumons atlantiques d'élevage infectés excrètent le virus".

Dès lors, les jeunes saumons sauvages du fleuve Fraser, les plus vulnérables, "seraient sans doute exposés au virus pendant leur migration" en nageant aux abords des fermes aquacoles infectées, souligne la même étude.

Cependant, les pratiques actuelles des ressources halieutiques avec les campagnes de vaccination ou l'éradication du poisson contaminé, permettent de réduire le risque au minimum, selon le ministère.

Outre le saumon, la nécrose hématopoïétique infectieuse touche plusieurs autres espèces de poissons comme l'esturgeon blanc, la truite, l'omble chevalier ou le grand brochet.

VOIR AUSSI: