BIEN-ÊTRE
19/12/2017 06:10 EST | Actualisé 19/12/2017 06:12 EST

La Fondation Jasmin Roy lance une campagne contre le cyberharcèlement

L'ombre de la main avec laquelle ils tiennent leur téléphone crée l'ombrage de la cyberagression dont ils sont victimes.

La Fondation Jasmin Roy lance une campagne de publicité qui vise à inciter les parents durant la période des Fêtes à discuter avec leurs jeunes du phénomène du cyberharcèlement.

Elles mettent en scène deux adolescents victimes de cyberharcèlement inquiets par la nature de ce qu'ils reçoivent comme messages sur leurs portables.

L'ombre de la main avec laquelle ils tiennent leur téléphone crée l'ombrage de la cyberagression dont ils sont victimes en se retrouvant sur une partie de leur corps.

Voyez ici:

Fondation Jasmin Roy

Fondation Jasmin Roy
Cyber harassment touches too many teens (CNW Group/Fondation Jasmin Roy)

La Fondation cite une étude dévoilée il y a un an par Statistique Canada qui révélait que 17 pour cent des utilisateurs d'internet âgés de 15 à 29 ans disaient avoir été victimes de cyberintimidation ou de cyberharcèlement au cours des cinq années précédentes. Cela a représenté environ 1,1 million de jeunes Canadiens.

À ces données, la Chaire de recherche Sécurité et Violence en milieu éducatif (SEVEQ) de l'Université Laval ajoute qu'en 2015, 95,7 pour cent des élèves du secondaire disaient avoir accès sans surveillance à l'internet à la maison et que 52,7 pour cent y avaient accès librement à l'école, sans surveillance.

Les publicités de la Fondation Jasmin Roy ont été développées gracieusement par l'agence Ogilvy Montréal.