NOUVELLES
17/12/2017 20:29 EST | Actualisé 17/12/2017 20:29 EST

Fleuve Columbia: le Canada et les E.-U. négocient un nouveau traité

Les élus de la région exhortent le gouvernement américain à rouvrir le Traité du fleuve Columbia depuis plusieurs années.

Bloomberg via Getty Images

Les membres du Congrès venant de l'État de Washington saluent la décision d'ouvrir au début de l'année prochaine des négociations sur l'avenir de la vieille entente canado-américaine portant sur la gestion des ressources hydro-électriques et le contrôle des inondations du fleuve Columbia.

Les élus de la région exhortent le gouvernement américain à rouvrir le Traité du fleuve Columbia depuis plusieurs années. Signée en 1961, entrée en vigueur trois ans plus tard, l'entente ne peut être résiliée avant le mois de septembre 2024. Un avis de 10 ans est toutefois nécessaire pour annuler le traité.

Le 7 décembre, le département d'État américain a annoncé son intention d'ouvrir des négociations avec le Canada à ce sujet.

Le fleuve Columbia a sa source en Colombie-Britannique. Il coule pendant plus de 1930 km, surtout dans l'État de Washington et en Oregon, avant de se jeter dans l'océan Pacifique.

La sénatrice Patty Murray reconnaît que le traité est d'une grande importance pour l'économie, l'environnement et la culture de sa région, mais celui-ci doit être mis à jour en raison des nouveaux enjeux, comme la protection environnementale.

Les fournisseurs d'électricité doivent verser annuellement de 250 millions $ à 350 millions $ au Canada. Ces sommes visent à rembourser au Canada le coût de construction de trois réservoirs. Selon ces entreprises, une formule dépassée permet aux Canadiens d'obtenir plus d'argent que nécessaire.

De son côté, le gouvernement de la Colombie-Britannique dit qu'il est nécessaire de mieux comptabiliser les bénéfices que reçoivent les Américains.

Les Premières Nations, des deux côtés de la frontière, souhaitent que le cours du fleuve soit plus naturel. Elles souhaitent qu'une plus forte quantité d'eau soit libérée par les bassins lors des années de sécheresse afin de protéger la population de saumons.