NOUVELLES
15/12/2017 20:39 EST | Actualisé 15/12/2017 20:39 EST

Un ex-candidat à la présidence hondurienne condamné à 3 ans de prison

Il a été accusé de blanchiment d'argent pour le compte du cartel de drogue Los Cachiros.

Brendan McDermid / Reuters

Deux fois candidat à la présidence hondurienne, Yani Rosenthal a été condamné vendredi par un juge fédéral new-yorkais à trois ans de prison aux Etats-Unis, où il a été accusé de blanchiment d'argent pour le compte du cartel de drogue Los Cachiros.

Le chef d'entreprise, issu du puissant clan des Rosenthal avec des intérêts dans les secteurs de la banque, des médias, de l'immobilier, ou du tourisme, était accusé d'avoir blanchi l'argent du cartel entre 2004 et 2015, alors qu'il était successivement ministre de la Présidence, député, puis candidat à la présidentielle en 2009 et 2013.

Rosenthal, 52 ans, s'était rendu à la justice américaine en octobre 2015 et avait plaidé coupable de blanchiment d'argent en juillet dernier.

Dans un communiqué publié au Honduras vendredi, il a affirmé avoir eu pour seul tort d'"acheter quelques vaches sans vérifier leur origine".

Son père Jaime Rosenthal, 81 ans, ex-vice-président du pays, et son neveu Yankel, ancien-ministre des investissements de l'actuel président Juan Orlando Hernandez, ont également été inculpés.

Jaime Rosenthal est en liberté surveillée au Honduras alors que la justice américaine réclame son extradition, tandis que Yankel Rosenthal a lui aussi plaidé coupable aux Etats-Unis.

VOIR AUSSI: