DIVERTISSEMENT
15/12/2017 12:49 EST | Actualisé 15/12/2017 12:50 EST

Ceux qui croient en Star Wars

Le groupe Facebook «Temple of the Jedi Order» compte 15 900 inscrits.

Courtoisie

Au moment où Star Wars, épisode VIII: les derniers Jedi prend l'affiche, Présence a rencontré des francophones adeptes du jediisme –considéré comme une religion hyperréelle par certains universitaires – afin de discuter de leurs croyances basées sur la célèbre saga de science-fiction.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, Ludovic ne se promène pas dans la rue avec un sabre laser ou une cape. Au contraire. Habillé sobrement, il vit le jediisme de cette manière, tout en l'assumant complètement, même s'il préfère taire son nom de famille pour ne pas nuire à sa vie professionnelle.

«Je l'affiche, j'en parle; les gens me regardent un peu bizarrement. Mais il faut bien des gens qui posent la première pierre. Il y a bien eu Jésus, et les gens l'ont suivi. Je ne prie pas Dieu, ni Yoda, c'est plus une philosophie de vie et des valeurs à transmettre, comme la vérité, l'honnêteté. J'aime Star Wars, mais je ne suis pas un fan fini; je n'ai pas de Faucon [ndlr: nom d'un vaisseau spatial] dans ma chambre», illustre ce père de famille de Québec.

Une rencontre déterminante

Ludovic a été bercé dans sa jeunesse par les contes du roi Arthur. «L'idée des Chevaliers des temps modernes, ça m'a parlé. George Lucas s'est inspiré de bouddhisme, de taoïsme, mais aussi des chevaliers de la table ronde!», lance le collectionneur d'épées de films.

Sa rencontre avec un marchand dans une brocante a d'ailleurs été déterminante. «Il m'a parlé d'armes, de katanas, mais aussi de sa religion. Ça m'a intrigué, alors j'ai voulu approfondir. Je fais du reiki [ndlr: une pratique de soins qui prétend s'appuyer sur des énergies], de la méditation et des arts martiaux. J'ai vu qu'il y avait des connexions avec ce que je faisais et aussi mon métier», explique-t-il.

Sur Facebook, l'Ordre jedi du Québec compte 44 j'aime, mais un seul organisateur. «La personne qui a ouvert l'Ordre n'est plus actif; je suis le seul à représenter l'Ordre au Québec, mais il y en a d'autres aux États-Unis», souligne-t-il.

LIRE AUSSI:

Religions hyperréelles: quand la fiction donne sens à la réalité

Ouvrir une école

En cours d'entrevue, Ludovic confie son désir de mettre sur pied une école à Québec où la philosophie du jediisme serait enseignée. Les élèves y seraient formés sur les plans physique, spirituel et professionnel.

«Je veux que ça reste sérieux avec des fondations solides, je ne veux pas des gens habillés en Chewbacca [ndlr: nom d'un personnage de la saga]. Je n'ai pas encore contacté l'organisation canadienne. Ça viendra quand ce sera plus abouti et que j'aurai le financement», dit-il, reconnaissant qu'il s'agit d'un projet à long terme.

Ludovic aimerait créer un lieu de rencontre, spirituel, où seraient enseignés le reiki, le yoga et d'autres pratiques actuelles. «Je suis en train d'écrire un livre sur mes démarches. On est tous à quelque part des maîtres chevaliers, on a tous quelque chose à transmettre à quelqu'un», croit-il.

Jedi depuis 30 ans

Habitant Dijon, en France, Alexandre Orion est officiellement jedi depuis 2012, mais cette philosophie le suit en réalité depuis qu'il a 19 ans. Et il vient de souffler ses 51 bougies.

«Je ne me souviens pas exactement quand j'ai commencé à être jedi, mais ça a débuté avec les entretiens entre le mythologue Joseph Campbell et le journaliste américain Bill Moyers sur «La Puissance du mythe». J'avais 22 ans et ça m'a éclairé sur la manière de répondre à nos besoins existentiels par le récit», raconte-t-il.

Celui qui porte le titre de chevalier (il y a cinq niveaux, soit novice, padawan, chevalier, maître et grand maître) souligne qu'il ne se costume pas, sauf lors de cérémonies spéciales, «ce qui est assez rare», convient celui qui se dit au service de tous.

Il fait partie du Temple of the Jedi Order, comptant 15 900 inscrits. «De 200 à 1000 sont actifs durant une année moyenne», nuance-t-il. Les réunions entre membres sont peu fréquentes, soit une à deux fois par année, que ce soit à Cheltenham (Gloucestershire), aux Pays-Bas ou aux États-Unis.

M. Orion n'est pas en mesure de préciser le territoire couvert par le jediisme «étant donné que la France est une république laïque et que le territoire ne se laisse pas couvrir par une organisation à caractère religieux», a-t-il dit.

Mission: chargé d'éducation

Depuis un an, M. Orion est chargé d'éduquer les adeptes. Il se laisse guider dans son rôle par la question suivante: «Qu'est-ce que les membres apprennent vraiment ici?» Il pense qu'il lui faudra quelques années d'observations et de dialogue pour synthétiser le début d'une réponse.

M. Orion ne se considère pas plus spécial qu'autrui. «En tant que jedi, je vis ma philosophie selon les aléas de la vie, comme tout le monde. Il n'y a rien de plus spirituel que la vie quotidienne, avec une synchronisation de temps à autre du temps sacré avec du temps profane. Les transformations yin-yang sont la plus claire et évidente manifestation de la 'force', du tao, que je connaisse», conclut-il.

Source: Agence Présence

Voir aussi: