DIVERTISSEMENT

Le documentariste Morgan Spurlock s'avoue coupable d'inconduites sexuelles

Ajoutant qu'une femme l'a également accusé de viol au collège.

14/12/2017 12:19 EST | Actualisé 14/12/2017 12:20 EST

Déclarant qu'il «fait partie du problème», le documentariste Morgan Spurlock admet, dans un message publié en ligne, être coupable de harcèlement sexuel et d'infidélité, ajoutant qu'une femme l'a également accusé de viol au collège.

Dans la publication, dont un lien a été publié sur son compte Twitter vérifié, Morgan Spurlock écrit qu'au moment où il voit d'autres hommes influents frappés par des allégations d'inconduites sexuelles, il ne se demande pas «qui sera le prochain», mais plutôt quand ce sera son tour.

Le réalisateur raconte une relation sexuelle qu'il croyait consensuelle, dit-il, mais que la femme a décrit comme un viol.

Il affirme avoir tenté de «la réconforter» et qu'il croyait qu'elle se sentait mieux, mais qu'elle «a cru qu'elle avait été violée».

Morgan Spurlock admet aussi qu'il a versé une somme d'argent à une assistante qui travaillait pour lui et à qui il avait donné des surnoms comme «hot pants» ou «sex pants». Dans son message, il explique qu'il croyait que ces surnoms étaient drôles, mais qu'il a plus tard réalisé qu'ils étaient dégradants.

«Donc lorsqu'elle a décidé de démissionner, elle est venue me voir et m'a dit que si je ne l'indemnisais pas, elle le dirait à tout le monde, écrit-il. Étant la personne que je suis, c'était la dernière chose que je voulais, donc bien sûr, j'ai payé.»

Il ajoute par ailleurs qu'il «a été infidèle à toutes les femmes et toutes les copines» qu'il a eues.

«Au fil des ans, j'ai regardé chacune d'entre elles dans les yeux et leur ai clamé mon amour avant d'avoir des relations sexuelles avec d'autres dans leur dos», confie-t-il.

Le cinéaste promet qu'il améliorera son comportement et qu'il sera plus honnête avec les autres et avec lui-même. Il termine son message en disant: «J'ai suffisamment parlé dans ma vie (...) Je suis enfin prêt à écouter.»

Morgan Spurlock est surtout connu pour son documentaire de 2004, «Super Size Me», sur l'industrie de la restauration rapide, dans lequel il ne mange rien d'autre que du McDonald's pour présenter les effets de l'industrie sur la santé. Il a produit des dizaines d'autres documentaires et émissions de télévision, en plus de présenter une suite à «Super Size Me» plus tôt cette année.

​​​​​​​VOIR AUSSI