NOUVELLES
13/12/2017 13:48 EST | Actualisé 13/12/2017 13:48 EST

Trump serait furieux contre l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU

Nikki Haley a déclaré que toutes les femmes affirmant avoir été victimes d'inconduite sexuelle devaient être écoutées.

REUTERS/J. Scott Applewhite/Pool

Donald Trump aurait fulminé après que l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Nikki Haley, ait déclaré que toutes les femmes affirmant avoir été victimes d'inconduites sexuelles devaient être écoutées, même si leurs propos concernaient le président américain.

L'Associated Press a rapporté mardi que Trump était furieux après qu'il ait écouté la déclaration d'Haley tenue dans une entrevue sur le réseau CBS. Deux proches du président ont partagé de façon anonyme cette information à l'agence de presse. Les sources n'ont pas voulu révéler leur identité, puisqu'elles n'étaient pas autorisées à relayer ces propos issus d'une conversation privée.

Dans l'entrevue, Haley affirmait être «fière» de la «force et du courage» témoignés par ces femmes ayant partagé au cours des derniers mois les actes d'inconduite sexuelle dont elles avaient été victimes.

Je pense que n'importe quelle femme s'étant sentie agressée ou maltraitée de quelconque façon devrait avoir le droit de témoigner de son histoire.- Nikki Haley

«Toute femme accusant quiconque devrait être entendue et toutes ces demandes devraient être traitées. Je pense que nous les avions déjà entendues avant les élections, a déclaré Haley lorsque questionnée au sujet des femmes accusant Trump. Je pense que n'importe quelle femme s'étant sentie agressée ou maltraitée d'une quelconque façon devrait avoir le droit de témoigner de son histoire.»

Selon le Washington Post, les répercussions que pourraient avoir ces accusations ramenées à l'ordre du jour sur la présidence de Donald Trump rendraient certains Républicains nerveux.

Certains républicains craignent une perte de capital politique si Trump décide d'attaquer les personnes qui l'accusent.- The Washington Post

«Certains Républicains proches du président sont mal à l'aise quant à l'habileté du président à gérer les accusations sur son comportement envers certaines femmes, suite aux scandales ayant ébranlé Hollywood. Certains associés de Trump craignent une perte de capital politique s'il décide d'attaquer les personnes qui l'accusent», rapporte le journal.

Jusqu'à présent, 21 femmes ont accusé le président américain de différentes formes d'inconduite sexuelle, allant de l'harcèlement à l'agression. Quatre de ces femmes ont tenu une conférence de presse lundi, demandant au Congrès américain d'ouvrir une enquête sur les agissements de Trump.

«Si le Congrès n'a pas le courage de faire front commun et de rendre le président imputable de ses gestes, rien ne changera», a déclaré Jessica Leeds, qui accuse Trump d'avoir commis des attouchements à son endroit à bord d'un avion il y a trente ans, au réseau NBC lundi.

Le président américain a nié s'être rendu coupable d'inconduite sexuelle et a déclaré sur Twitter que des femmes qu'il ne connaissait pas l'accusaient faussement. En octobre, la secrétaire de presse de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders, avait suggéré que toutes les femmes accusant Trump mentaient.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

Voir aussi: