NOUVELLES
12/12/2017 18:15 EST | Actualisé 12/12/2017 18:15 EST

Une mosquée se défend d'avoir exigé qu'il n'y ait pas de femmes sur un chantier près du lieu de culte

La mosquée Ahl-ill Bait affirme qu'il n’y a jamais eu de telles demandes d’accommodements de la part de la direction.

Getty Images/iStockphoto

La présence de femmes sur un chantier de construction de Montréal aurait gêné les propriétaires de deux mosquées à proximité du chantier, a rapporté TVA Nouvelles.

L'une des deux mosquées mentionnée dans le reportage, la mosquée Ahl-ill Bait, «nie vigoureusement tout ce qui a été allégué».

Dans le reportage, il est rapporté que le propriétaire de la mosquée Ahl-Ill Bait dans l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce aurait exigé que les travaux ne se fassent pas le vendredi pour ne pas affecter le jour de la prière. Cela aurait été décliné par l'entrepreneur en raison des délais.

On aurait ensuite demandé qu'on ne voie pas les femmes les vendredis, clause qui serait indiquée dans le contrat de l'entrepreneur. Les deux propriétaires ont réfuté cette information sur les ondes de TVA.

«Il n'y a jamais eu de telles demandes d'accommodements de la part de la direction. Nous ne comprenons pas pourquoi qu'un média national n'a pas réalisé une enquête complète», peut-on lire dans une publication Facebook de Ahlillbait Islamic Organization. Un communiqué complet suivra.