NOUVELLES
12/12/2017 21:10 EST | Actualisé 12/12/2017 21:18 EST

La Corée du Nord juge «important d'éviter une guerre»

Selon l'ONU.

KIM WON-JIN via Getty Images
Le secrétaire général adjoint de l'ONU aux Affaires politiques, l'Américain Jeffrey Feltman

La Corée du Nord est d'accord sur la nécessité "d'éviter une guerre" avec les Etats-Unis, a indiqué mardi à des médias le secrétaire général adjoint de l'ONU aux Affaires politiques, l'Américain Jeffrey Feltman.

Le responsable de l'ONU a rendu compte à huis clos au Conseil de sécurité de son séjour la semaine dernière à Pyongyang, une visite rare qui était la première d'un diplomate de l'ONU à cette fonction depuis 2010.

Les Nord-Coréens "sont d'accord pour considérer qu'il est important d'éviter une guerre", a affirmé Jeffrey Feltman, en évoquant "la mission la plus importante" de sa carrière. "Nous avons besoin d'une solution politique" à cette crise dans la péninsule nord-coréenne et "de réduire les tensions". "Il n'y a pas de temps à perdre", a souligné le responsable.

A l'issue de sa visite, la Corée du Nord avait accusé les Etats-Unis de "chantage nucléaire" lors des discussions tenues avec Jeffrey Feltman, tout en acceptant de communiquer régulièrement avec l'organisation mondiale, selon l'agence nord-coréenne.

Selon un diplomate occidental, il ne faut toutefois pas voir cette visite d'un haut responsable de l'ONU comme "le début d'un dialogue" entre la Corée du Nord et les Nations Unies. Elle permet de faire un peu retomber la tension et de revenir à une perspective politique, a ajouté cette source.

La visite du responsable de l'ONU est intervenue après le lancement le 28 novembre par Pyongyang d'un missile balistique intercontinental (ICBM) capable selon des experts d'atteindre le territoire continental des Etats-Unis. Ce tir a été condamné par le Conseil de sécurité qui n'a toutefois pas pris de nouvelles sanctions à l'encontre de Pyongyang, comme il l'avait fait après des essais de missiles similaires en juillet.

Lors de son séjour, Jeffrey Feltman a rencontré le ministre des Affaires étrangères Ri Yong-Ho et son vice-ministre Pak Myong-Kuk. Il a indiqué mardi n'avoir pas demandé à voir le leader nord-coréen, Kim Jong-Un, mais estimé que le contenu de ses discussions avait été rapporté à ce dernier par ses interlocuteurs.

La Corée du Nord est sous le coup de plusieurs trains de sanctions de l'ONU visant à la contraindre à respecter les résolutions du Conseil de sécurité interdisant ses activités nucléaires et balistiques.

"Les sanctions nous aident" à montrer à la Corée du Nord qu'il ne s'agit pas d'un conflit avec un seul pays - les Etats-Unis - mais que la crise concerne l'ensemble de la communauté internationale, a souligné Jeffrey Feltman.

Selon un diplomate, le responsable onusien a indiqué au Conseil de sécurité n'avoir pas eu accès à la population nord-coréenne.

VOIR AUSSI: