LES BLOGUES

Voulez-vous coucher avec moi?

À toi, jeune homme, un petit guide de conduite.

11/12/2017 13:58 EST | Actualisé 11/12/2017 14:19 EST
Chris Clinton

Dans la foulée des scandales qui envahissent les nouvelles et qui mettent à jour des crimes et des attitudes inacceptables quant au comportement de plusieurs hommes, le père de deux jeunes adultes que je suis se questionne. Comment se comporter? Comment éliminer l'ambiguïté? Quoi faire ou quoi ne pas faire? À toi, jeune homme, un petit guide de conduite :

1. Oui à la question ou PAS QUESTION!

« Voulez-vous coucher avec moi? », c'est pourtant simple. Aussi simple que « As-tu faim ou soif? » ou « Va-t-on au cinéma? » ou « Je peux t'emprunter ta voiture? ». Si on prend la peine de demander pour de simples banalités, n'est-il pas normal d'en faire autant quand vient le moment de partager ce qu'on a de plus intime? Donc, règle numéro un, SI ÇA NE SE DEMANDE PAS, ÇA NE SE FAIT PAS.

2. Un OUI clair, pas référendaire.

Les « ouin », les signes de tête, les « peut-être plus tard », les « pas tout de suite », les « je sais pas » et surtout, les silences veulent tous dire NON. Consentir à une relation sexuelle n'est pas 50 pour cent plus un. C'est un OUI à 100%. Dans le doute, on ne fait rien.

3. Un dernier verre.

À moins d'être mutuellement amoureux ou d'être en compagnie de ta best, tu n'invites pas une femme à prendre un dernier verre chez toi en 2017, tout comme tu n'acceptes pas qu'une fille t'invite à terminer la soirée chez elle. Dire oui à une telle invitation implique des conséquences, surtout si la question #1 n'a pas été abordée clairement. Interprétations différentes, malentendus et issue fâcheuse à l'horizon.

Il y a un OUI pour chaque chose.

4. La palette des OUI.

Dire « je veux coucher avec toi » ne veut pas dire faire n'importe quoi avec toi. Si la question #1 a été réglée avec succès, prends cette première expérience comme un tour guidé de New York, où ce n'est pas toi qui décide de l'itinéraire. Donc, China Town à 4h du matin, c'est NON. Il est préférable que tu te refuses l'initiative d'abord plutôt que de commettre un geste qui ne respectera pas l'autre. Il y a un OUI pour chaque chose. Si on te demande 10$ et que tu dis OUI, est-ce que ça donne le droit à ton ami d'en prendre 200$? NON. Comprends-tu mieux avec cet exemple?

5. Les yeux dans tes pantalons.

Tiens-les fermés. Une récente étude universitaire affirme que de déshabiller une femme du regard est maintenant considéré comme une violence sexuelle. C'est pas facile, ça fait 48 ans que j'essaie de pas faire ça mais ça s'en vient de mieux en mieux mon affaire. Limite tes contacts aux yeux. Oublie les vêtements moulants, les poitrines en évidence et les talons aiguilles. Tout ça n'est pas pour toi. C'est dur à comprendre mais c'est comme ça. Et n'essaie pas de doser ce regard ou de « checker » en cachette. Tu vas passer pour un hypocrite ou pour un pervers déguisé en curé. Regarde ailleurs, c'est tout, à moins qu'on te demande de faire autrement.

Je me relis et tu dois me trouver plate en maudit. Je raisonne maintenant comme un douanier à l'aéroport.

6. Ce que tu dis, ce que tu écris, ce que tu es.

Dire « Je t'aime » quand t'es pas certain, ça ne se fait pas. Tu peux blesser sincèrement quelqu'un, je le sais, je l'ai déjà fait. Tout ce que tu écris peut être retenu contre toi. Alors, que tes mots soient empreints de sincérité... ou de silence! Tu dois aussi accepter qu'après une aventure d'une nuit, ton intimité ne t'appartienne plus car sa mère, sa sœur ou sa best sauront tout de toi. Contrairement aux gars qui se contentent entre eux du pointage final, les filles ont tendance à s'attarder aux statistiques, aux détails. Donc si ton entrejambe joue pour les Liliputiens de Sorel et que tu décoches plus vite que ton ombre, y'a de grosses chances que tu vois passer ta carte de hockey dans les mains (et les rires) de quelqu'un d'autre.

7. Les factures

Tu dois avoir un comportement irréprochable en matière d'équité et de respect, que se soit pour elle, comme pour toi. Le serveur dit « 2 factures? ». Tu réponds oui. Es-tu encore assez crétin pour offrir un verre à une inconnue? Les femmes sont plus scolarisées que les hommes et dans la nouvelle génération au Québec, gagneront souvent mieux leur vie qu'eux. L'amour ne s'achète pas, l'essentiel est invisible pour les yeux, le respect, lui, doit se donner sans compter. Êtes-vous d'accord avec moi mesdames? Le rôle du pourvoyeur est maintenant un mythe qui doit tomber comme tous les autres. C'est souvent une façon pour l'homme d'avoir une mainmise sur sa conjointe. Chacun ses affaires! Et si ce comportement ne lui plaît pas, tu auras ta réponse... avant d'avoir tout misé le patrimoine familial devant Dieu et les hommes.

Je me relis et tu dois me trouver plate en maudit. Je raisonne maintenant comme un douanier à l'aéroport. Le mouvement #MeToo, c'est le 11 septembre des trous de cul, des machos, des salauds et c'est bien tant mieux. Leurs tours (de passe-passe) se sont effondrés. Mais l'onde de choc nous a tous atteints, faisant de chacun de nous des terroristes sexuels potentiels. Les femmes n'ont rien à se reprocher dans cette façon de nous voir. Si y'a quelqu'un à blâmer, ce sont les pommes pourries de notre espèce. Mais en attendant que les perceptions changent et comme les pulsions ne se rationalisent pas, il faut donc les encadrer par des comportements qui peuvent sembler drastiques ou contre nature mais qui doivent avant tout tenir compte de l'autre et du respect qu'on lui doit. Car le respect est la seule chose qu'on doit aux autres et ce, tout au long de notre vie.

Si t'es pas d'accord avec ça, ben sois patient, t'auras peut-être ton moment de gloire aux nouvelles à un moment donné... et tu l'auras mérité.

Bonne chance le kid...