NOUVELLES
11/12/2017 15:50 EST | Actualisé 11/12/2017 16:06 EST

L'ex-organisateur politique Gilles Cloutier coupable d'attentat à la pudeur

Les victimes étaient âgées entre 8 et 15 ans au moment des faits.

PC/La commission Charbonneau

L'ancien organisateur politique Gilles Cloutier a été reconnu coupable, lundi, d'attentat à la pudeur à l'endroit d'une fillette ainsi que de voies de fait sur deux enfants dans le cadre d'actes commis il y a plus de 40 ans.

Celui qui avait été l'un des témoins vedettes de la Commission Charbonneau sur l'octroi de contrats dans l'industrie de la construction devrait revenir devant le tribunal le 7 février dans le cadre des représentations sur la peine, a confirmé son avocat, Me Simon Brisson-Dolci.

Au terme de son procès, qui se déroulait devant la juge Maria Albanese au palais de Justice de Saint-Jérôme, l'homme de 77 ans a été reconnu coupable de trois chefs d'accusation de voies de fait et d'attentat à la pudeur contre des mineures.

Les faits reprochés se sont déroulés entre 1967 et 1973 et visaient deux victimes qui étaient alors âgées entre 8 et 15 ans. L'identité de ces deux personnes, qui sont maintenant âgées dans la soixantaine, est protégée par une ordonnance de non-publication.

M. Cloutier demeurera en liberté jusqu'à ce qu'il connaisse sa peine.

"Il était déjà en liberté pendant le déroulement du dossier, a souligné Me Brisson-Dolci au cours d'un entretien téléphonique. Il n'y avait pas de raisons pour l'incarcérer sur-le-champ."

L'avocat n'a pas voulu commenter l'état d'esprit de son client lorsque le verdict a été prononcé par la juge Albanese.

Étant donné que le jugement a été rendu de façon verbale au palais de justice de Saint-Jérôme, Me Brisson-Dolci a indiqué qu'il ne pouvait dire s'il comptait ou non porter la cause en appel. Celui-ci a exprimé le souhait de réécouter certaines parties du jugement.

Plus tôt cette année, l'avocat de M. Cloutier avait déposé une requête pour arrêt des procédures en citant des délais déraisonnables, mais la démarche avait échoué.

Ancien vice-président au développement des affaires de la firme de génie Roche, Gilles Cloutier s'était notamment vanté, devant la Commission Charbonneau, d'avoir de bons contacts dans tous les milieux afin de faciliter l'organisation d'élections.