DIVERTISSEMENT
11/12/2017 06:02 EST | Actualisé 11/12/2017 06:02 EST

Gala Les Olivier 2017: les réactions des gagnants

Un triplé pour Julien Lacroix, un doublé pour Pierre Hébert, l’Olivier de l’année pour Mariana Mazza...

Un triplé pour Julien Lacroix, un doublé pour Pierre Hébert, la consécration de l'Olivier de l'année pour Mariana Mazza (qui ne s'est pas adressée aux journalistes en salle de presse après sa victoire), et d'autres prestigieuses statuettes distribuées à François Bellefeuille, Martin Matte, Billy Tellier, Mike Ward, Simon Leblanc et aux Appendices, pour ne nommer que ceux-là : nos humoristes avaient véritablement de quoi fêter au 19e Gala des Olivier, dimanche, malgré l'automne sombre qui s'achève. Voici quelques réactions des différents gagnants de la soirée.

François Bellefeuille – Spectacle d'humour / Meilleur vendeur de l'année, pour François Bellefeuille

(François a annoncé dans son discours de remerciements qu'il vendrait son trophée aux enchères au profit du Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS), qu'il verserait le même montant que celui amassé à la même cause, et a invité le groupe Juste pour rire è égaler la mise également, ce que l'entreprise a accepté. Plus de détails ici.

«Je suis très content, parce que cet Olivier va servir pour une cause essentielle. J'espère qu'on va entendre parler de plus en plus de cet organisme-là (RQCALACS, NDLR), parce que moi j'en ai entendu parler il y a seulement quelques jours. Si je peux aider un petit peu... Moi, je me suis donné une limite de 5000$ pour «accoter» le montant, parce qu'à un moment donné, c'est Noël, et ma carte de crédit est déjà loadée (rires), mais ce que je veux dire, c'est que j'espère que les enchères vont monter vraiment hautes, parce que c'est pour une bonne cause.»

«Et c'est le seul Olivier qui mérite d'être dans une autre maison qu'un humoriste, ou que quelqu'un qui travaille en humour, et qui aurait vraiment sa place d'être là. J'espère que quelqu'un va vraiment miser cher pour l'avoir. Moi, le show le plus populaire, je l'ai eu, mon nanane. J'ai vécu chaque show. Pour chaque billet, j'ai entendu les rires. J'ai tellement eu de fun lors de ma première tournée, que je n'avais pas nécessairement besoin d'un trophée pour me rappeler combien j'ai eu du fun. J'ai des souvenirs magnifiques de ça. C'a comme stimulé ma pensée, un petit peu, pour essayer de trouver ce que je pourrais faire avec ce trophée-là. J'ai souvent ri de cette catégorie-là, parce que j'ai l'impression que, si tu es le meilleur vendeur, tu es déjà favorisé partout. Tu es souvent dans toutes les émissions, tu as les plus belles salles, les plus belles dates. Si je gérais les Olivier, ce trophée, je ne sais pas si je le garderais. Mais je comprends pourquoi ils le gardent : ils veulent amener des vedettes au gala, c'est le fun... Mais je n'ai pas l'impression que c'est l'Olivier le plus important de la soirée, loin de là.»

Pierre Hébert – Spectacle d'humour de l'année, pour Le goût du risque

«Je me rends compte que je suis trop sensible! Moi, ça me rentre dedans. Je ne suis pas capable de rester neutre. Ça me touche! J'avais pratiqué mes remerciements, je les trouvais comiques. Je me disais que c'allait être le fun, que c'allait être comique, et non seulement émotif, mais ça me rentre dedans. Je regardais ma blonde, et... Ah, mon Dieu! C'est un beau moment. Je suis vraiment content. On est partis de «Je rencontre mon agente et je lui propose de vendre mes billets sans dire qui je suis» à un gala où on me dit que c'est moi qui a le show de l'année. Les gens votaient en ayant vu le spectacle, et ça fait vraiment chaud au cœur. Je suis content pour l'équipe, on a vraiment travaillé fort. Je n'ai engagé que des amis, ce show a été fait dans le bonheur, on le ressent sur scène, et c'est ma plus grande fierté.»

Martin Matte – Comédie télé de l'année, pour Les beaux malaises

«Ce trophée fait très, très plaisir. On va avoir gagné, avec Les beaux malaises, trois années en ligne comme Meilleure comédie aux Olivier, aux Gémeaux, on a gagné à KARV l'anti-gala, j'ai gagné au Gala Artis... Des fois, quand tu as gagné beaucoup, tu as l'impression qu'ils vont peut-être donner la chance à quelqu'un d'autre. C'était mon feeling un peu. Ce qui est bizarre, c'est que je fais mon show depuis un an, ça fait deux ans que les Beaux malaises ne sont plus en ondes. Aujourd'hui, je me disais que j'étais en nomination pour un prix pour les Beaux malaises, que ça fait longtemps que j'ai travaillé là-dessus, mais somme toute, je trouve que ça fait un beau velours, que ça conclut bien.»

Les gagnants du 19e Gala Les Olivier

Guillaume Lambert (scénariste, comédien, concepteur, responsable du casting, etc)– Série web humoristique de l'année, pourL'âge adulte

«Je me trouve très chanceux d'avoir pu faire cette série, exactement comme je l'avais dans ma tête. C'est exactement ce que j'avais en tête, et mes partenaires de travail ont juste mis la bonne huile de coude pour que ça se fasse. C'était un projet un peu casse-cou, parce que 250 scènes en 13 jours, c'est un peu rock n'roll, mais on l'a fait. Le trophée n'est pas fait en bois, mais je touche du bois! Ça fait grand plaisir, surtout que, quand on fait du web, on le fait avec notre cœur, avec peu d'argent. Moi, je suis comédien de formation et, parfois, j'ai un petit complexe de l'imposteur par rapport à la gang de l'humour, parce que je ne suis pas du tout dans le même ton, je fais plus du drame comique. J'essaie de mettre beaucoup de tristesse et d'aigre-doux dans mes affaires. Alors, ça me fait un très grand plaisir.»

Simon Leblanc – Auteur de l'année / Spectacle d'humour, pour Tout court

«On fait notre métier. Pour nous, ça ne change rien. Demain, je vais continuer à écrire des blagues, mais c'est le fun de savoir que le monde apprécie. Ce n'est pas une confirmation, c'est plus comme une tape dans le dos, comme si on me disait : «On aime ce que tu fais». C'est de la reconnaissance, plus qu'une prise de conscience.»

Julien Corriveau et Jean-François Provençal – Série télé humoristique de l'année, pour Les Appendices

«C'est sûr que c'est le fun d'avoir une petite récompense après neuf ans de télé. On est bien contents. C'est le fun de voir que les gens de l'industrie et les autres humoristes ont le goût de nous récompenser. C'était une grosse catégorie, il y avait plein de bonnes émissions. On est bien contents!»

Charles Dauphinais – Metteur en scène de l'année, pour Le goût du risque, de Pierre Hébert

«C'est vraiment une belle tape dans le dos! Je suis content pour le spectacle, au-delà de moi. Parce que c'a été un processus de création qui s'est fait dans le bonheur, avec Pierre. Je suis content qu'on souligne aussi le beau travail de Pierre Hébert à travers tout ça, parce que c'est un beau spectacle, un spectacle que je suis fier de porter et de mener.»

Julien Lacroix

Découverte de l'année

Numéro d'humour de l'année, pour Lettre à mon ex

Capsule ou sketch web humoristique de l'année, pour Julien

«On dirait que c'est un rêve! Je n'y crois pas, c'est bizarre. Déjà, d'avoir trois nominations, j'étais impressionné ; de les gagner, contre des Louis-José Houde, par exemple... Je suis dans une bulle, en ce moment! C'est ma fête aujourd'hui, j'ai 25 ans ; ma fête a «pognéle bord», aujourd'hui, c'est plus le gala! J'ai dit à mon gérant de prendre des photos, parce qu'en ce moment, c'est comme flou!»

Billy Tellier – Capsule ou sketch radio humoristique de l'année, pour Le petit monde de Billy à Debout les comiques

«Je ressens un petit mix : surpris, soulagé, heureux, plein de choses à la fois... Moi et les émotions, on n'est pas des amis. Alors, j'apprends à découvrir ça (rires). Mais je suis vraiment content. C'est une belle tape dans le dos, après mille capsules, c'est le fund'avoir ça. Je pense que c'est la cerise sur le sundae

Le tapis rouge du 19e gala Les Olivier