NOUVELLES
11/12/2017 15:42 EST | Actualisé 11/12/2017 15:42 EST

Au Brésil, être une jeune femme noire double le risque de mort violente

Au Brésil, dernier pays d'Amérique à avoir aboli l'esclavage, en 1888, les inégalités raciales restent criantes.

Getty Images

Au Brésil, le risque de mort violente est deux fois plus élevé chez les jeunes femmes noires que chez les blanches, selon un rapport de l'Unesco qui met l'accent sur les fortes inégalités raciales persistantes dans ce pays.

Le taux d'homicide s'élève à 3,6 pour 100 000 pour les femmes blanches de 15 à 29 ans, contre 7,8 pour les noires, soit un risque 2,19 fois plus élevé.

Au Rio Grande do Norte (nord-est), un des États au plus fort taux d'homicide du pays, les jeunes femmes noires ont 8,11 fois plus de chances de se faire tuer qu'une blanche.

Ce rapport de l'Unesco sur la vulnérabilité des jeunes face à la violence, réalisé avec des données de 2015 en partenariat avec le gouvernement brésilien, prend pour la première fois en compte le genre dans l'analyse de ces données statistiques.

Pour ce qui est de l'ensemble des jeunes de 15 à 29 ans, le taux d'homicide est 2,7 fois plus élevé chez les Noirs que chez les Blancs.

Au Brésil, dernier pays d'Amérique à avoir aboli l'esclavage, en 1888, les inégalités raciales restent criantes.

D'après les derniers chiffres officiels, parmi les 54% de Brésiliens noirs ou métis, seuls 5% occupent des postes d'encadrement.

Parmi les 10% des Brésiliens les plus riches, 70% sont blancs, tandis que 74% des Noirs font partie des 10% les plus pauvres, selon l'Institut Brésilien de Géographie et Statistiques.

VOIR AUSSI: