POLITIQUE
08/12/2017 11:36 EST | Actualisé 08/12/2017 15:59 EST

Comment le nouveau Code de la sécurité routière changera-t-il votre quotidien?

Québec serre la vis pour les jeunes conducteurs et les récidivistes.

QUÉBEC – Plus de restrictions pour les jeunes au volant, l'alcool et les textos au volant plus sévèrement punis : Québec serre la vis dans plusieurs domaines dans sa réforme du Code de la sécurité routière.

Le ministre des Transports, André Fortin, a présenté le projet de loi 165 qui contient 86 mesures qui viendront changer la façon dont les Québécois vont interagir au volant avec les usagers de la route plus vulnérables, comme les cyclistes et les piétons, mais aussi avec les nouvelles technologies qui sont source de distractions en conduisant.

Si le nombre de décès sur les routes de la province est passé de 720 en 2006 à 351 en 2016, il en reste néanmoins que les jeunes Québécois sont surreprésentés dans les statistiques de décès. Les récidivistes aux facultés affaiblies causent quant à eux 130 décès et 310 blessés graves chaque année, un chiffre qui pourrait augmenter avec la légalisation du cannabis l'an prochain.

Qui plus est, la grand majorité des Québécois utilise un téléphone cellulaire, surtout la fonction texto, ce qui n'était pas le cas lors de la dernière mise à jour du Code de la sécurité routière. Plus de 60 000 infractions pour cellulaire au volant sont émises chaque année au Québec.

Claudia Di Iorio, qui a failli perdre la vie l'été de ses 16 ans en raison d'un conducteur ivre, a salué les mesures annoncées par le gouvernement. Tout comme elle a réussi à apprendre à marcher de nouveau après l'accident, elle dit rêver du jour où il y aura « zéro mort » sur les routes.

Le ministre Fortin, de son côté, reconnaît que la réforme annoncée envoie un « message fort » quant aux comportements à risque. « Ces mesures demanderont certes une adaptation de la part des conducteurs, des piétons et des cyclistes, mais elles sont présentées dans le seul et unique but d'assurer une meilleure sécurité pour tous les usagers », a-t-il déclaré.

Qu'est-ce qui changera concrètement? Voici, en bref, les grandes lignes de ce nouveau Code de la sécurité routière qui vont changer votre quotidien une fois qu'il sera adopté à l'Assemblée nationale.

Les apprentis conducteurs ne pourront plus conduire la nuit

Des mesures sont prises pour éviter qu'un jeune conducteur ou un conducteur avec peu d'expérience soit distrait par ses pairs ou conduise la nuit, tout simplement.

À l'instar de l'Ontario, il sera interdit pour les apprentis conducteurs de prendre le volant entre minuit et 5h du matin et ce, peu importe l'âge. Si le couvre-feu n'est pas respecté, les contrevenants pourraient écoper d'une amende de 200$ à 300$ et perdre quatre points d'inaptitude.

Certaines restrictions seront d'autant plus importantes pour les jeunes âgés de 19 ans et moins qui sont titulaires d'un permis probatoire, qui dure deux ans. Ceux-ci ne pourront transporter d'un seul passager âgé de 19 ans ou moins dans les six mois suivant la délivrance de leur permis.

Un antidémarreur à vie pour les récidivistes de l'alcool au volant

Le gouvernement serre la vis pour les récidivistes, en les obligeant à souffler dans un éthylomètre avant de faire démarrer leur voiture pour le reste de leur vie. Cette mesure vise tous ceux qui ont été reconnus coupables de conduite avec facultés affaiblies deux fois dans les dix dernières années.

Le récidiviste pourra demander, après un délai de 10 ans, à un juge de la Cour du Québec de lever cette condition s'il prouve que son rapport aux drogues ou à l'alcool ne compromet pas sa conduite automobile.

« Quelqu'un qui conduit en état d'ébriété deux fois, honnêtement, n'a pas sa place sur les routes du Québec à moins qu'on sache collectivement que cette personne-là est sobre », a tranché le ministre André Fortin.

Plus d'amendes et suspension du permis lors de textos au volant

La distraction au volant causée par un téléphone ou une tablette, par exemple, sera punie plus sévèrement. Non seulement le montant de l'amende sera multipliée, mais les récidives mèneront à une suspension immédiate du permis.

Le montant d'une première amende est de 100$ - elle passera de 300$ à 600$ une fois la réforme du Code de la sécurité routière adoptée. En cas de récidive, l'amende minimale sera doublée et le permis pourrait être suspendu immédiatement pour 30 jours.

La loi ne s'appliquera pas pour les GPS intégrés dans les voitures et les cellulaires accrochés au véhicule qui servent de GPS, ont précisé les fonctionnaires du gouvernement.

Les pneus d'hiver obligatoires dès le 1er décembre

Question d'éviter de se faire surprendre par un hiver hâtif, le gouvernement vient devancer la période obligatoire d'installation des pneus d'hiver au 1er décembre, au lieu du 15 décembre. Une fois le projet de loi adopté, toutes les voitures au Québec devront avoir des pneus d'hiver su 1er décembre au 15 mars.

Le ministre Fortin a expliqué ne pas vouloir trop devancer la date, afin de respecter la capacité des garages à effectuer le changement des pneus. Il a précisé aussi que le processus serait simplifié pour les voitures des « snowbirds » québécois qui partent dans le sud chaque hiver.

VOIR AUSSI :

Conduite de l'avenir : 6 fonctions automobiles inédites