NOUVELLES

Faute de contrats fédéraux, Davie procède à 281 nouvelles mises à pied

Davie comptait sur la construction de l'Obélix, un deuxième navire de ravitaillement, mais Ottawa a fermé la porte il y a un peu plus d'une semaine.

07/12/2017 15:52 EST | Actualisé il y a 5 heures
Getty Images/iStockphoto

Faute de contrats de la part du gouvernement Trudeau, le chantier naval Davie a procédé jeudi à 281 nouvelles mises à pied, ce qui porte à 400 le nombre de travailleurs qui se retrouvent sans gagne-pain.

Sans «signal clair» de la part d'Ottawa, environ 400 autres employés de l'entreprise de Lévis pourraient se retrouver au chômage, alors que la construction d'un premier navire de ravitaillement, baptisé Astérix, est achevée.

Un porte-parole de l'entreprise, Frédérik Boisvert, a indiqué, au cours d'un entretien téléphonique, que les prochaines vagues de mises à pied se feraient «très rapidement» si rien ne bouge.

Davie comptait sur la construction de l'Obélix, un deuxième navire de ravitaillement, mais Ottawa a fermé la porte il y a un peu plus d'une semaine.

Les fonctionnaires de la Défense nationale ont réitéré en comité sénatorial que le chantier pourrait soumissionner pour d'autres contrats à venir sans toutefois donner plus de détails. Le comité est resté sur sa faim et entend continuer de poser des questions sur l'avenir du chantier Davie.

Le comité du Sénat a critiqué vertement le ministère de la Défense nationale pour ses explications imprécises sur l'avenir du chantier naval Davie.

Dans un récent rapport, le comité sénatorial des finances se dit peu rassuré par les réponses floues que lui ont données les hauts fonctionnaires de ce ministère lors de l'étude des budgets supplémentaires des dépenses.

Les sénateurs voulaient connaître les raisons qui avaient poussé le gouvernement à écarter la commande d'un deuxième navire de ravitaillement au chantier maritime Davie.

À voir aussi: