BIEN-ÊTRE

Un périple inoubliable au cœur de l’Arctique du Groenland à Terre-Neuve

Vous en rêvez? On a testé ce voyage incroyable.

05/12/2017 11:54 EST | Actualisé 05/12/2017 12:06 EST
Sarah-Emilie Nault

C'est ici que tout commence : sur les eaux claires menant au glacier Evighedsfiord, au Groenland. Ici que le navire d'expédition d'Adventure Canada entame officiellement son grand voyage. Un périple de dix jours au cœur de l'Arctique (le Groenland, le Labrador, puis Terre-Neuve) qui semblera durer plusieurs mois, car truffé de moments, de paysages et de rencontres grandioses. Sur le pont du Ocean Endeavour, je regarde autour de moi sans parvenir à tout voir. Je me gave du silence, de l'immensité et de la splendeur de ce paysage vierge, parfait.

Sarah-Emilie Nault

Le début de tout

Il s'agit de notre toute première sortie en zodiac. La première fois que nous quittons notre navire, emmitouflés, mais le cœur léger. Les sorties de ce genre seront nombreuses au fil de l'expédition; nous nous entasserons sur un zodiac un nombre incalculable de fois afin de défier tantôt les vagues, tantôt la pluie, la grêle ou le magnifique vent du Nord. Mais cette toute première sortie reste la plus éloquente. Elle se fait la définition même d'un voyage qui s'apprête à remanier nos vies à jamais en nous faisant prendre un chemin - et quel chemin! - inconnu.

Bien sûr, au moment de cette sortie initiale, je ne sais pas ce que je sais aujourd'hui; que plusieurs des passagers de ce petit bateau marqueront à jamais ce voyage comme mon univers. Que le souvenir de certains d'entre eux restera gravé à jamais, pour plusieurs raisons, mais surtout par le simple fait d'avoir partagé avec moi ce moment, cette matinée.

Sarah-Emilie Nault

Je me souviens précisément du bruissement de notre bateau glissant sur les eaux transpercées de soleil. Des clics des appareils photo qui cessent soudainement, tant l'instant est fait pour être vécu sur le moment et entièrement. De ce glacier immense que je surnomme intérieurement Evighedsfiord le Grand. Des reflets bleutés s'accrochant aux parois de ce monstre glacé qui ne nous effraie aucunement. Et des montagnes s'élevant tout autour, nous ramenant à notre petitesse d'êtres humains, imposant le respect.

Au cœur de ce long moment de silence dont nous convenons à l'unisson et en un seul regard, nous contournons doucement nos premiers icebergs. Le silence est chargé d'émotions pures : celles venant avec la nature qui englobe et qui chavire, plus forte et plus grande que nous. Superbe dans sa violente perfection.

Sarah-Emilie Nault

Balade à Kangamiut

Le ciel semble peint d'un bleu plus vif que tous les bleus de ciel vus ailleurs. S'élevant au creux de son fjord, le minuscule village de Kangamiut se dévoile graduellement, une touche de couleur et une maison de bois à la fois. Des maisons traditionnelles danoises semblant avoir été déposées sur les rochers, meublant les parois de cette improbable montagne habitée par une communauté ne regroupant que 300 habitants (ils étaient pourtant 1 700 il n'y a encore pas si longtemps).

Les escaliers et chemins de bois reliant les maisons multicolores du village, puis le village au sommet de la montagne, se font invitants. Tout comme la musique et les chants traditionnels de cette artiste venue nous accueillir au port. Vêtue de son superbe costume national, ce sont ses chants, ses gestes si doux et la profondeur de son regard qui meubleront mes écrits et mes souvenirs groenlandais.

Sarah-Emilie Nault

Les habitants de Kangamiut ne peuvent se douter de la portée de chacun de leurs petits gestes. Dans cet autre monde où la nature est un esprit que l'on vénère et respecte, quelques minutes suffisent à m'élever et me transformer. En fait, c'est ici que le bouleversement venant avec un périple en Arctique s'entame. Ici, au sommet de cette montagne au point de vue ahurissant sur le village aux touches colorées, le long fjord et les montagnes, je ne suis déjà plus cette voyageuse qui débarquait insouciante dans le Grand Nord. Mais je suis encore loin d'être la femme transformée à jamais qui débarquera à St-Jean de Terre-Neuve le cœur gros, complètement chamboulée par absolument tout de l'Arctique.

Sur une grande toile de plastique déposée sur l'herbe, deux phoques se font dépecer en plein air par un couple d'Inuits d'un certain âge. Nous nous regroupons afin d'assister à la scène qui pour nous, semble incongrue. Pour les Inuits du Groenland, cette tâche réalisée cent, mille fois peut-être, fait partie du quotidien. De cette vie, nous ne connaissons à ce moment que bien peu de choses, mais chaque passager de notre navire est mené par une soif d'apprendre et de comprendre. Regarder cette vieille femme manier le hulu (le couteau traditionnel en forme de demi-lune) de si belle manière est bouleversant. Le respect de la nature semble transcender chacun de ses gestes habiles.

Des pêcheurs rentrent tout juste du port et nous regardent avec curiosité. Si peu de visiteurs étrangers se rendent à Kangamiut, nous nous savons privilégiés. Les artisans vendent leurs pièces de vêtements et de bijoux créés à la main dans une salle communautaire. Et dans la petite église où nous nous entassons un instant, s'élèvent les voix et les chants traditionnels des six membres de la chorale du village. Ils sont là et ils chantent, juste pour nous. Se créé alors l'un de ces moments hors du temps, comme il y en aura tant d'autres au cours de ce grand voyage.

Nuuk à vélo

Mon vélo de montagne sur l'épaule, je troque mon navire pour la terre ferme et bien fraîche de cette toute première neige tombée la veille. C'est à Nuuk, capitale la plus septentrionale au monde, que je choisis de profiter du programme de location de vélo du Ocean Endeavour. Le « cœur du Groenland », je le parcours et le découvre sur deux roues, en duo avec une amie journaliste qui, comme moi, a quelque peu la bougeotte, même au bout du monde.

Sarah-Emilie Nault

Du nouveau port truffé d'énormes bateaux de marchandise à celui colonial et historique aux influences nettement européennes, nous défions les collines afin de nous rendre au centre-ville. L'air est frais, le décor éclatant et spectaculaire. Dans cette ville à l'énergie verte et renouvelable tout à fait scandinave (80% de l'énergie du Groenland mise sur l'hydroélectricité), les 18 000 habitants semblent se plaire à vivre à la manière groenlandaise dans un décor aux accents danois. Dans la partie plus moderne de la capitale, l'architecture inuit teinte les constructions et immeubles au design scandinave, alors que dans le centre historique, les bâtiments en bois coloniaux et colorés ainsi que le musée et ses différents bâtiments replongent visiteurs et habitants dans le passé.

Quant au petit centre-ville où nous croisons quelques habitants se déplaçant eux aussi à vélo, il se fait timide, mais plutôt invitant avec son centre culturel, ses boutiques, ses cafés, son marché et ses quelques restaurants proposant des plats traditionnels groenlandais.

Sarah-Emilie Nault

Pendant que sous terre, les travailleurs sont à la recherche de pierres précieuses - rubis, saphir -, je roule incrédule aux abords d'un des plus grands complexes de fjords actifs au monde. Alors que tout autour s'élève une suite de montagnes enneigées, c'est la majestueuse Sermitsiaq qui m'appelle et me fascine. Grandiose et parfaitement découpée, je m'imagine admirer cette montagne devenue emblème de la ville, résister aux tempêtes légendaires qui font la renommée de Nuuk. Je suis certaine que le spectacle doit être impressionnant, l'image même de la nature dans toute sa force et ses splendeurs.

Je ne sais pas, à ce moment, que notre traversée du Groenland au Canada par le Détroit de Davis sera tumultueuse ce soir-là. Que des vagues de près d'une dizaine de mètres frapperont, pendant de longues heures, notre navire soudainement devenu tout petit. Ni que cette nuit de turbulences clouant plus de la moitié des passagers au lit (et ne représentant pourtant qu'une parcelle de ce que vivent les habitants de l'Arctique au quotidien en hiver), ne fera qu'amplifier le respect que je porte à ce pays merveilleux dans sa combativité et son obédience à la nature.

-Vous rêvez de vivre une telle aventure au cœur de l'Arctique? Pour en savoir plus sur celles proposées par Adventure Canada, c'est ici: www.adventurecanada.com

À VOIR AUSSI