NOUVELLES

Liban: le premier ministre révoque sa démission après un accord avec les partis

Le Liban a été plongé dans une crise politique à la suite de la décision surprise de M. Hariri il y a un mois.

05/12/2017 19:05 EST | Actualisé 05/12/2017 19:05 EST

Le premier ministre libanais Saad Hariri a révoqué sa démission, mardi, après être parvenu à un consensus entre les partis politiques rivaux, marquant la fin de l'un des intermèdes les plus bizarres de la politique libanaise.

L'annonce a été faite au terme de la première réunion du cabinet depuis que le Liban a été plongé dans une crise politique à la suite de la décision surprise de M. Hariri il y a un mois.

M. Hariri avait annoncé sa démission lors d'un discours télévisé le 4 novembre à partir de l'Arabie saoudite, faisant valoir l'ingérence du Hezbollah — soutenu par l'Iran — dans les affaires régionales comme raison principale de son retrait. Le caractère de l'annonce avait suscité les soupçons d'une orchestration par l'Arabie saoudite, le principal appui de M. Hariri, et certains avaient même laissé entendre qu'il était retenu captif contre sa volonté, entraînant des appels à sa libération de la part de hauts responsables libanais.

Le geste avait plongé le Liban au coeur de la rivalité régionale entre l'Arabie saoudite et l'Iran et fait éclater le gouvernement d'unité nationale dirigé par M. Hariri.

Après une intervention diplomatique française ayant facilité le départ de M. Hariri de l'Arabie saoudite vers Paris pour une brève visite, le premier ministre est retourné au Liban le 21 novembre et a suspendu sa démission pour permettre des consultations. Les Libanais se sont ralliés à M. Hariri, dans un épisode devenu une source d'embarras pour l'Arabie saoudite.

La rencontre du cabinet, mardi, à laquelle M. Hariri a pris part, a débouché sur une déclaration appelant les groupes libanais rivaux à se distancier des conflits régionaux et des affaires internes des autres pays arabes.

«Le gouvernement libanais, par l'entremise de toutes ses composantes politiques, se dissocie de tout conflit ou guerre, de même que des affaires internes des pays arabes, pour protéger les relations économiques et politiques du Liban avec ses frères arabes», a déclaré M. Hariri.