NOUVELLES

Le Musée de la guerre acquiert une Croix de Victoria, avec la descendante

La Croix de Victoria décernée au caporal Colin Barron a été vendue aux enchères mardi pour la somme de 420 000 $.

05/12/2017 18:41 EST | Actualisé 05/12/2017 18:41 EST
PC/Chris Young
Lesley Barron Kerr lit une lettre signée par la reine tirée d'une revue danat de 1956 des détenteurs de la Croix de Victoria.

Une des rares médailles décernées à un soldat canadien qui a participé à la sanglante bataille de Passchendaele, en 1917, demeurera finalement au Canada grâce à l'initiative du Musée canadien de la guerre — et de l'arrière-petite-fille du militaire honoré.

La Croix de Victoria décernée au caporal Colin Barron a été vendue aux enchères mardi pour la somme de 420 000 $. Il y a 100 ans, en novembre 1917, il allait ravir à l'ennemi, au péril de sa vie, trois mitrailleuses qui empêchaient son bataillon de progresser, en Flandre-Occidentale.

Or, certains craignaient que cette rare décoration, déjà vendue à Toronto il y a une trentaine d'années par le petit-fils démuni du caporal Barron, soit achetée cette fois-ci par un collectionneur de l'étranger. Le Musée canadien de la guerre a cependant confirmé mardi qu'il avait réussi à acquérir la précieuse médaille, avec l'aide de Lesley Barron Kerr, la fille du vendeur démuni d'il y a 30 ans.

La contribution de Mme Kerr pour garder la Croix de Victoria au Canada n'a pas été divulguée. En entrevue, elle a indiqué qu'elle aurait bien sûr préféré l'acheter elle-même, pour ensuite l'exposer au Musée, mais que cette solution constituait un excellent compromis.

La Croix de Victoria n'est décernée que «pour un acte de bravoure remarquable, pour un acte de vaillance ou d'abnégation audacieux ou extraordinaire, ou pour un dévouement extrême à son devoir en présence de l'ennemi». Le caporal Barron fait partie d'un groupe sélect de neuf Canadiens qui ont reçu cette récompense pour leurs actions à Passchendaele, l'une des plus sanglantes batailles de la Première Guerre mondiale. La Croix de Victoria a été décernée à 73 militaires canadiens de cette «Grande Guerre», mais à seulement 16 militaires de la Deuxième Guerre mondiale.

Écossais de 24 ans

Le 6 novembre 1917, le caporal Barron, Écossais de 24 ans débarqué au Canada en 1910, réussit à s'introduire derrière les lignes allemandes et à retourner des mitrailleuses contre l'ennemi. Cet acte de bravoure permet à son bataillon de poursuivre son avance en Belgique. Le caporal Barron, qui a aussi servi pendant la Deuxième Guerre mondiale, s'est éteint à Toronto en 1958.

Ce n'est pas la première Croix de Victoria que le Musée canadien de la guerre tente d'acquérir cette année: en août dernier, il a vainement participé aux enchères pour obtenir celle décernée au major David Currie pendant la Deuxième Guerre mondiale. Mais pour le grand patron de la société d'État responsable du Musée canadien de l'histoire et du Musée canadien de la guerre, Mark O'Neill, l'acquisition de la Croix de Victoria du caporal Barron constitue un symbole important en ce 100e anniversaire de la bataille de Passchendaele.

Le Musée canadien de la guerre détient actuellement 37 Croix de Victoria, dont cinq des neuf décorations décernées pour cette bataille de Passchendaele.

Lesley Barron Kerr, elle, avait perdu toute trace de la décoration que son père avait vendue pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa fille. Elle a appris la vente aux enchères de la médaille dans un article de La Presse canadienne le mois dernier. Mais devant la mise à prix affichée, elle a demandé au Musée de faire équipe afin de garder la médaille au Canada. Le Musée, qui ne divulgue habituellement pas son intention de participer à des enchères, a finalement communiqué avec elle vendredi dernier.

Mme Kerr, entrepreneure prospère de la région de Toronto, a maintenant l'intention d'amener ses proches au Musée canadien de la guerre à Ottawa pour leur montrer la médaille décernée à son arrière-grand-père — et peut-être même la tenir entre ses doigts.