NOUVELLES

Plus de pétards à Pékin

Les Chinois ont l'habitude de faire éclater pendant 15 jours des quantités phénoménales de pétards au Nouvel an lunaire.

01/12/2017 10:35 EST | Actualisé 01/12/2017 10:35 EST
Nenadpress via Getty Images

Foin d'une tradition séculaire, les Pékinois n'auront pas le droit d'allumer des pétards et des feux d'artifice au prochain Nouvel an chinois, la municipalité ayant décidé vendredi de bannir une coutume dangereuse pour la santé et l'environnement.

Les Chinois, inventeurs de la poudre, ont pour habitude de faire éclater pendant 15 jours des quantités phénoménales de pétards au Nouvel an lunaire, une façon d'éloigner les mauvais esprits pendant l'année qui s'ouvre.

Mais la coutume a fait "des dizaines de blessés et de tués" à Pékin lors des trois dernières années, rappelle l'agence de presse Chine nouvelle. Et la fumée des pétards est à l'origine d'une pollution atmosphérique additionnelle dans une ville déjà considérée comme l'une des plus polluées de la planète.

Lors des cinq dernières années, la ville a compté entre deux et quatre jours de forte pollution par an durant les sept jours fériés octroyés à l'occasion du Nouvel an, lorsque la circulation automobile est pourtant réduite.

Conséquence, la mairie de Pékin a voté l'interdiction des pétards à l'intérieur du cinquième périphérique de la capitale qui compte plus de 20 millions d'habitants. Au-delà de ce périmètre, leur usage sera réglementé et limité à certaines heures de la journée pendant les 15 jours qui suivent le Nouvel an chinois.

Les pétards avaient déjà été interdits dans la métropole entre 1993 et 2005. Dans l'ensemble de la Chine, ils sont interdits dans 444 villes et réglementés dans 764 autres, selon le ministère de la Sécurité publique.

La Chine est le plus grand producteur au monde et le premier consommateur de pétards et de feux d'artifice, utilisés également lors de mariages ou de rencontres sportives.

Au cours des décennies écoulées, les accidents se sont multipliés dans les ateliers de fabrication en raison de normes de sécurité peu respectées. En 2000, dans la province du Guangdong (sud), 75 personnes avaient péri suite à des explosions dans une usine de fabrication de feux d'artifice.

Le Nouvel an lunaire, ou Fête du printemps en chinois, sera célébré l'an prochain le 16 février.