POLITIQUE

Mécontent de l'absence de traduction à une réunion internationale, le NPD porte plainte

Une «faute grave» selon, le député Robert Aubin

01/12/2017 17:20 EST | Actualisé 01/12/2017 17:20 EST
The Canadian Press Images
Le député Robert Aubin

Le député Robert Aubin a porté plainte auprès du Commissariat aux langues officielles (CLO), mécontent de l'absence de service de traduction à un événement international dont l'organisation était assurée en partie par le ministère responsable de la Francophonie.

L'élu néo-démocrate soutient, dans sa lettre expédiée le 29 novembre, que «ne pas reconnaître la place des deux langues officielles» dans une rencontre de la sorte constitue «plus qu'un manque de sensibilité», mais bien une «faute grave».

«Il va s'en (sic) dire que lorsque des parlementaires ou des invités ne sont pas capables d'apprécier, à leur juste valeur, les propos tenus dans la langue de Molière ou dans la langue de Shakespeare, il y a préjudice», écrit M. Aubin.

La situation qu'il dénonce remonte au 23 novembre dernier. Le ministère du Développement international et de la Francophonie était l'hôte de la réunion d'un comité rattaché à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

En entrevue téléphonique, vendredi, le député Aubin a souligné que cet impair du gouvernement lui avait inspiré un «malaise profond de voir que dans une réunion d'une aussi grande importance, on n'accorde pas l'importance qu'on devrait aux langues officielles dans ce pays».

Au bureau de la ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, on a réagi à la plainte du néo-démocrate en faisant valoir que cette rencontre «informelle» était «présidée par l'OCDE, pas par le gouvernement ou notre ministère».

«Comme il s'agit d'une organisation internationale, ils ont demandé l'appui de notre bureau pour envoyer l'invitation aux parlementaires et faciliter l'accès à un espace de rencontre», a expliqué l'attachée de presse de la ministre, Marie-Emmanuelle Cadieux.

«Nous prenons très au sérieux la question des langues officielles. Toutes les communications de notre bureau sur cet événement ont été produites et livrées bilingues», a-t-elle ajouté dans un courriel transmis vendredi.

Le CLO n'avait pas accusé réception, vendredi après-midi, de cette plainte dont il devra évaluer la pertinence afin de déterminer s'il y a lieu de déclencher une enquête.

La lettre de Robert Aubin est adressée à la commissaire par intérim, Ghislaine Saikaley, qui doit être remplacée prochainement, sur une base permanente, par Raymond Théberge, le candidat nommé jeudi par le premier ministre Justin Trudeau.

La nomination du Franco-Manitobain, actuel recteur de l'Université de Moncton, doit être avalisée par la Chambre des communes et le Sénat. Il comparaîtra mardi prochain devant le comité permanent des langues officielles.

VOIR AUSSI: