NOUVELLES

Caroline Dhavernas et Maxime Le Flaguais s'impliquent en vidéo pour la Catalogne

Ils interpellent ainsi les parlementaires du Québec et du Canada... et appellent les Québécois à montrer leur solidarité.

01/12/2017 06:22 EST | Actualisé 01/12/2017 09:59 EST

Une vidéo mise en ligne vendredi 1er décembre incite les Québécois à signer la Déclaration publique de solidarité Québec-Catalogne. La vidéo, intitulée Soyons solidaires des Catalans, a été publiée par la Coalition Québec-Catalogne, et présente un résumé des récents événements ayant touché la Catalogne. Un résumé narré par les comédiens Maxime Le Flaguais et Caroline Dhavernas.

«Ils ont attaqué et pris d'assaut les bureaux de vote, confisquer des urnes et violemment battu des citoyens», raconte d'abord Caroline Dhavernas. «Quel crime ont-ils commis? Celui d'exercer leur droit de vote», renchérit Maxime Le Flaguais.

Appuyés par des images du référendum catalan et des événements qui ont suivi, ils interpellent ainsi les parlementaires du Québec et du Canada, «afin qu'ils reconnaissent le droit à l'autodétermination du peuple catalan, qu'ils dénoncent les actions antidémocratiques du gouvernement espagnol et qu'ils exigent formellement la libération des prisonniers politiques catalans».

Ricardo Trogi a assuré la réalisation de cette initiative citoyenne menée par Olivier Barrette.

M. Barrette souligne d'ailleurs que le projet qui a nécessité un travail d'environ deux semaines a été rendu possible par le travail bénévole de toute l'équipe. «Nous souhaitons rejoindre un maximum de citoyens québécois et canadiens, qui eux ont eu droit la chance de voter librement par référendum à des questions qui portaient sur l'avenir de leur nation, de leur pays», écrit M. Barrette dans un courriel envoyé au HuffPost Québec.

Référendum en Catalogne: heurts entre policiers et manifestants

Les séparatistes catalans sauront lundi s'ils sont libérés

Dix dirigeants indépendantistes catalans passeront un week-end de plus en prison, la Cour suprême ayant repoussé à lundi sa décision sur leur demande de libération.

L'ancien vice-président catalan Oriol Junqueras, sept autres membres de son exécutif destitué et deux dirigeants d'associations indépendantistes étaient entendus vendredi matin par le juge d'instruction Pablo Llarena, qui se charge dorénavant de l'enquête sur tout le noyau dur indépendantiste.

Il a annoncé à leurs avocats qu'il ne prendrait sa décision que lundi, selon une source judiciaire.

Leur sortie de prison marquerait un tournant dans la campagne pour les électtions du 21 décembre que les indépendantistes, depuis l'échec de leur tentative de sécession de cette région du nord-est de l'Espagne, mènent sur le thème de la libération de ce qu'ils appellent "prisonniers politiques".

Deux concerts en soutien aux prisonniers sont d'ailleurs prévus ce week-end en Catalogne.