NOUVELLES

L'employé de Twitter qui a supprimé le compte de Donald Trump revient sur son geste

«Je ne suis que la victime malheureuse, ou heureuse, de cette histoire.»

30/11/2017 09:57 EST | Actualisé 30/11/2017 10:00 EST
Capture d'écran TechCrunch
L'employé de Twitter qui a supprimé le compte de Donald Trump revient sur son geste.

INTERNATIONAL - Onze minutes de calme dans le monde... et soudain, Donald Trump récupéra son compte Twitter. Le 2 novembre dernier, un petit séisme virtuel a agité Internet: le compte du président des États-Unis par lequel sont arrivées tant de polémiques a été supprimé pendant quelques instants.

Le responsable de cette disparition, un employé de Twitter que nos confrères de TechCrunch sont parvenus à interviewer. Il s'appelle Bahtiyar Duysak, est allemand d'origine turque et est âgé d'une vingtaine d'années. Début novembre, il terminait un contrat au QG de Twitter, à San Francisco, point d'orgue d'un séjour aux États-Unis sous visa de travail et d'étudiant.

"Je me suis éclaté aux États-Unis, et j'étais parfois fatigué. Tout le monde peut faire des erreurs. Là, j'ai peut-être fait une erreur. Mais une petite erreur à selle seule ne peut pas mener à une grande catastrophe, il y a forcément des coïncidences malheureuses", explique-t-il d'emblée.

"Dans mon opinion, c'était une erreur et je n'ai rien fait à dessein", se justifie celui que Donald Trump avait qualifié d'employé "dévoyé" en revenant sur l'affaire.

"Mon compte Twitter a été supprimé pendant onze minutes par un employé dévoyé. Je pense que mon message doit enfin être entendu et commencer à avoir un impact."

"C'est là qu'il y a eu une erreur et une coïncidence totalement hasardeuse pour mon dernier jour de travail", continue le jeune homme. "Mais je n'ai hacké personne, je n'ai rien fait que je n'avais pas l'autorisation de faire, je ne suis pas servi d'outil ou de technique interdits, je n'ai pas commis de crime."

"Dans une situation où des milliers d'Américains rêveraient d'être"

Bahtiyar Duysak raconte aussi comment l'affaire a très vite fait les gros titres dans le monde entier, à ses dépens. "Mais voilà pourquoi c'est devenu une information majeure: c'est peut-être la personne la plus controversée au monde. Il y a peut-être des millions de personnes qui le détestent et qui aurait sauté sur l'occasion de pouvoir lui nuire. Mais pour moi, ça a juste été le hasard. Je ne suis que la victime malheureuse, ou heureuse, de cette histoire, qui se retrouve dans une situation où des milliers d'Américains rêveraient d'être. "

" J'ai juste continué ma vie. Je ne veux pas parler à la presse: je veux parler à mes amis, à mes voisins. J'ai dû supprimer des centaines d'amis et de photos sur les réseaux sociaux parce que les journalistes voulaient me contacter", regrette-t-il, à propos de sa brève célébrité. "J'ai lu des messages de personnes qui voulaient me féliciter, me nommer pour le Prix Nobel de la Paix... Mais je le répète: je me suis juste retrouvé au milieu d'un enchaînement de coïncidences. "

Et de répondre avec un sourire à la question de savoir s'il accepterait tout de même le prix Nobel: "Les gens qui le méritent doivent l'accepter. Et je suis sûr à 100% que je ne mérite pas d'être nommé."

Lire aussi :

L'employé de Twitter qui a désactivé le compte de Trump, héros du réseau social

C'est parti, tout le monde a le droit à 280 caractères sur Twitter

Les 4 manies de Trump sur Twitter qui en disent long sur sa manière de gouverner

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost: