POLITIQUE

L'Assemblée nationale veut entendre «Bonjour» dans les commerces

En français, s'il-vous-plaît!

30/11/2017 10:17 EST | Actualisé 30/11/2017 17:30 EST

Les élus de l'Assemblée nationale ont envoyé, jeudi, un message aux commerçants de Montréal: accueillez vos clients en français s'il-vous-plaît, avec le mot «Bonjour».

Ils les ont exhortés à laisser tomber la populaire formule «Bonjour-Hi» lorsqu'ils entrent en contact avec la clientèle locale et internationale.

Une motion du Parti québécois (PQ) a été adoptée à l'unanimité au Salon bleu, après que son libellé eut fait l'objet d'une négociation de vive voix sur le plancher de la Chambre.

Fait rare, le chef du PQ, Jean-François Lisée, et le premier ministre Philippe Couillard ont ensemble modifié le texte de la motion pendant la période des questions.

Le PQ demandait à l'Assemblée nationale de reconnaître que le «Bonjour-Hi» est un «irritant» qui ne reflète pas le statut du français.

«Ce n'est pas tout à fait au point, a déclaré M. Couillard. L'expression qu'il mentionne à répétition, là, et qu'il qualifie d'irritante, ce n'est pas une menace pour le français, ce n'est pas un recul pour le français.»

«Alors, tout est dans l'attitude. On retrouve, encore une fois, du côté du Parti québécois, cette habitude qui date de longtemps, de créer une opposition, un rejet de la langue anglaise au Québec», a-t-il ajouté.

Au terme de la négociation, la motion suivante a été adoptée: «Que l'Assemblée nationale réaffirme clairement à tous que le français est la langue officielle et commune du Québec; qu'elle prenne acte que 94 pour cent des résidents du Québec comprennent le français; qu'elle rappelle que le mot "Bonjour" est un des mots de la langue française les plus connus chez les non-francophones du monde; qu'elle rappelle que ce mot exprime magnifiquement la convivialité québécoise».

En conséquence, «elle invite tous les commerçants et tous les salariés qui sont en contact avec la clientèle locale et internationale de les accueillir chaleureusement avec le mot Bonjour».

Le sujet de la langue à Montréal a fait couler beaucoup d'encre cette semaine, le premier ministre s'indignant qu'on ne parle pas toujours le français correctement, qu'on ne l'enseigne pas toujours correctement, et qu'on ne veille pas à assurer une qualité constante dans la langue française.

Le chef péquiste s'est quant à lui inquiété de la «généralisation du bilinguisme à Montréal et au Québec», à la suite de la publication par Statistique Canada de nouvelles données du recensement sur la langue au travail.

Bien que l'usage régulier du français en milieu de travail soit demeuré stable depuis 2006, d'autres langues sont davantage utilisées.

La prépondérance de la langue française a donc diminué de 2,3 points de pourcentage en dix ans, la proportion de travailleurs qui l'utilisent le plus souvent passant de 82 pour cent en 2006 à 79,7 pour cent en 2016.

En contrepartie, les milieux de travail bilingues où le français et l'anglais sont utilisés équitablement ont augmenté de 2,6 points de pourcentage durant la même période. La proportion de travailleurs utilisant ces deux langues est passée de 4,6 pour cent en 2006 à 7,2 pour cent en 2016.

VOIR AUSSI: